NOUVELLES

Simon Leblanc : une drôle de poutine gaspésienne

11/09/2012 04:46 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Sim Leblanc, l'as reporter de l'émission Les enfants de la télé, sera l'espion des téléspectateurs sur le plateau, mais aussi dans les coulisses et même dans la loge d'Antoine Bertrand et de Véronique Cloutier. En exclusivité sur le web.

En fait, le jeune humoriste, Simon Leblanc de son véritable nom, se qualifie de ramasseur de miettes qui donnera une foule d'exclusivités sur les dessous de l'émission. « Je suis comme un clandestin. Je me sens comme un enfant à qui on a donné une permission spéciale », soutient-il.

Scoop sur les premières chroniques

Dans la première capsule web diffusée sur Sim TV, Simon Leblanc tentera d'entrer à Radio-Canada sans carte d'accès. Il ne nous a pas dit s'il a réussi!

Il a aussi essayé le linge d'Antoine Bertrand (Simon Leblanc est un grand maigre), mais pas celui de Véronique Cloutier. Enfin, pas encore...

Il promet des entrevues avec les invités, les animateurs, mais aussi avec les coiffeurs et les maquilleurs, qui lui confieront quelques secrets sur les vedettes.

La poutine gaspésienne

Simon Leblanc a plusieurs cordes à son arc et se décrit comme une sorte de poutine originaire de la Gaspésie avec un mélange d'esprit scientifique, de talent manuel et d'études universitaires non terminées en relations humaines. Il fait aussi de la réalisation, de la programmation et a une carrière d'humoriste fabriquée par des années d'improvisation.

Gagner sa vie en humour ne s'est pas fait du jour au lendemain. Alors qu'il travaillait dans une quincaillerie pour gagner sa vie et qu'il se produisait dans des bars cinq à sept fois par semaine, sa femme lui a posé un ultimatum.

« Elle m'a dit qu'elle deviendrait mon agente seulement si j'abandonnais mon emploi et que je me lançais à temps plein dans ma carrière. On a fait du rase-mottes avant de remonter, et ça a finalement fonctionné. Je ne suis pas retourné travailler en quincaillerie, même si j'aimais ça », raconte-t-il.

Simon Leblanc donne aussi un spectacle avec François Bellefeuille : Union libre, qui continuera d'être présenté un peu partout au Québec cet automne.

« Je ne suis pas un clown »

Si vous pensez que tous les humoristes sont drôles et racontent des blagues en permanence, ce n'est pas le cas de Simon Leblanc. Ce dernier se décrit plutôt comme quelqu'un qui aime discuter avec les gens et avoir du plaisir.

Une entrevue de Cécile Gladel

PLUS: