NOUVELLES

Sierra Leone: l'ONU inquiète des tensions à l'approche des élections

11/09/2012 12:51 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Le représentant de l'ONU en Sierra Leone, Jens Anders Toyberg Frandzen, a estimé mardi que le pays risquait de connaître des "tensions croissantes" à l'approche des élections présidentielle et législative de novembre.

"A l'approche des élections, l'intensité des rivalités politiques, en particulier entre les deux principaux partis, l'APC (Congrès de tous les peuples, au pouvoir) et le SLPP (Parti des peuples de Sierra Leone, opposition), devrait augmenter, de même que les tensions" dans le pays, a-t-il averti dans une intervention devant le Conseil de sécurité.

Il a souligné qu'il n'y avait eu aucun cas de violence politique ces derniers mois mais a rappelé que "de récents incidents où la police avait fait usage de la force en réponse à des troubles ont suscité des inquiétudes".

Il a salué l'engagement du gouvernement d'ouvrir une enquête sur ces incidents et a souligné "la nécessité de garantir le respect par tous de la loi et des règles professionnelles au cours de la période électorale".

"L'esprit de dialogue qui prévaut" dans le pays devrait garantir que ces tensions restent gérables, a-t-il cependant estimé.

L'ambassadeur canadien Guillermo Rishchynski, qui dirige une Commission de l'ONU pour le rétablissement de la paix en Sierra Leone, a lui aussi fait allusion à des "tensions persistantes entre les principaux partis politiques".

Il a souligné le "rôle de certains medias peu professionnels qui veulent exacerber les divisions politiques et le risque que des acteurs irresponsables encouragent les jeunes à s'impliquer dans la violence pour des motifs politiques".

L'ambassadeur de Sierra Leone à l'ONU, Shekou Touray, a affirmé que le président Ernest Koroma menait des consultations avec toutes les parties prenantes afin de les convaincre d'oeuver en faveur "d'élections libres, équitables et crédibles".

La Sierra Leone doit organiser le 17 novembre prochain des élections présidentielle, législatives et locales.

Ernest Koroma dirige depuis septembre 2007 ce pays ouest-africain qui est sorti de dix ans de guerre civile en 2002. Il sera candidat à sa succession à la présidentielle.

tw/avz/bdx

PLUS:afp