NOUVELLES

RDC: les rebelles du M23 coupables de "crimes de guerre à grande échelle", selon HRW

11/09/2012 07:45 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a accusé mardi les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) de commettre des "crimes de guerre à grande échelle" dans l'est de la République démocratique du Congo.

Ils sont "responsables de crimes de guerre commis à grande échelle, y compris des exécutions sommaires, des viols et des recrutements de force", indique HRW dans un rapport basé sur des entretiens menés entre mai et septembre avec 190 personnes: victimes congolaises et rwandaises, proches de victimes, témoins, autorités locales, combattants et ex-combattants du M23.

L'ONG américaine affirme que "33 des personnes exécutées étaient des jeunes hommes et des garçons qui avaient tenté de quitter les rangs des rebelles" et que "certains ont été ligotés et abattus devant les autres recrues à titre d'avertissement".

"Depuis juin, les combattants du M23 ont tué de sang froid au moins 15 civils dans des zones qu'ils contrôlent, parfois parce qu'ils les soupçonnaient de leur être hostiles. Les combattants ont également violé au moins 46 femmes et filles. La plus jeune victime de ces viols avait 8 ans", poursuit le rapport.

La province du Nord-Kivu (est) s'est de nouveau embrasée en mai, quand des ex-rebelles intégrés dans l'armée en 2009 ont lancé le M23 et repris les armes contre l'armée. Les combats ont fait plus de 220.000 déplacés et forcé quelque 57.000 autres personnes à fuir au Rwanda et en Ouganda voisins.

Dans un rapport début juin, HRW soulignait que "des responsables militaires rwandais ont armé et soutenu" le M23, et évoquaient le recrutement forcé de "200 à 300 recrues, dont des civils enrôlés de force et des enfants de moins de 18 ans". Un rapport de l'ONU publié plus tard est parvenu aux mêmes conclusions.

Kigali a démenti catégoriquement toutes les allégations mettant le Rwanda en cause.

Dans le rapport publié mardi, HRW rapporte que des Congolais et des Rwandais vivant près de la frontière entre leurs pays ont dit avoir "observé de fréquents mouvements de troupes rwandaises vers et en provenance de RD Congo en juin, juillet, et août, apparemment pour prêter main forte aux rebelles du M23".

"En plus du déploiement de renforts et de recrues pour appuyer des opérations militaires, des autorités militaires rwandaises ont fourni une importante assistance aux rebelles du M23 sous forme d'armes, de munitions et de formation", a réitéré l'organisation de défense des droits de l'homme.

hab/jlb

PLUS:afp