NOUVELLES

Mondial-2014/Qualifications - Carton plein pour les Bleus et Ribéry

11/09/2012 05:15 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'équipe de France a obtenu son deuxième succès en deux matches dans les qualifications du Mondial-2014 en venant à bout du Belarus (3-1) grâce notamment à un Ribéry flamboyant, mardi, ce qui lui permet d'occuper la tête du groupe I avant un déplacement en Espagne, le 16 octobre.

La malédiction du Belarus a donc été vaincue par Didier Deschamps et ses joueurs. Sur la route de l'Euro-2012, la France n'avait réussi qu'à glaner un point en deux rencontres face à un adversaire pourtant modeste.

L'anomalie a été réparée par "DD", qui a encore une fois justifié sa réputation de gagneur héritée de ses années italiennes.

Contrairement au voyage en Finlande (1-0) vendredi, la France n'a cette fois jamais véritablement tremblé, prenant l'avantage grâce à deux buts de Capoue (49e) et de Jallet (68e sur un centre raté), leurs premiers, sur deux services de l'intenable Ribéry, avant que celui-ci ne boucle sa folle soirée par sa dixième réalisation (80e) sur une merveille de balle piquée.

Le Belarus ne s'est distingué que l'espace d'un instant, sur la réduction du score de Putilo après un penalty repoussé de Lloris (2-1, 72), suite à une faute de Yang-Mbiwa.

Le contrat est donc parfaitement rempli et cette jeune sélection française peut ainsi débarquer à Madrid, chez les champions du monde et d'Europe, avec un capital-confiance au plus haut.

Deschamps souhaitait profiter du match pour régler ses problèmes offensifs. Avec trois buts, le public a eu droit à un petit festival alors que la France pensait être entrée avec Deschamps dans l'ère du pragmatisme et du réalisme.

Le sélectionneur peut se réjouir de la performance de Ribéry. Que ce soit à gauche, son côté de prédilection, ou à droite, le joueur, buteur et double passeur décisif, a été omniprésent.

Les Bleus peuvent également dire un grand merci à leur capitaine Hugo Lloris, qui a remporté son face-à-face avec Dragun (48e). L'ancien Lyonnais s'est même offert le luxe de repousser un penalty mais Putilo a bien suivi pour réduire le score.

Une péripétie pour une équipe de France métamorphosée par Deschamps et qui commence peut-être à retrouver, avec l'ancien capitaine des champions du monde et d'Europe, le goût et la culture de la victoire égarés durant de nombreuses années.

kn/mam

PLUS:afp