NOUVELLES

L'otage turc au Liban blessé lors d'une opération de l'armée (ravisseurs)

11/09/2012 09:02 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'otage turc enlevé par un clan chiite au Liban a été blessé durant une opération militaire pour le libérer, a affirmé mardi le porte-parole des ravisseurs, alors que l'armée annonçait la libération de quatre autres otages syriens.

"Notre ressortissant est toujours aux mains du clan Moqdad", a déclaré à l'AFP l'ambassadeur de Turquie au Liban, Suleyman Inan Özyildiz.

L'otage turc, Aydin Tufan Tekin, "a été touché par balles alors que les ravisseurs tentaient de fuir avec lui" les raids lancés par l'armée, a expliqué à l'AFP au téléphone Maher Moqdad, porte-parole de la famille.

M. Moqdad a indiqué que l'armée n'avait pas ouvert le feu et qu'il ignorait comment l'otage turc avait été blessé. Mais il a jugé possible que l'un des ravisseurs ait tiré sur l'otage pour empêcher l'armée de s'approcher d'eux durant leur fuite.

"Un de nos hommes a dit que l'otage turc était blessé à l'épaule, un autre a dit qu'il l'était à la poitrine", a indiqué le porte-parole ajoutant qu'il attendait des informations supplémentaires de ses proches.

"Le groupe s'est enfui avec l'otage turc laissant les quatre otages syriens derrière eux et l'armée les a emmenés", a-t-il poursuivi.

Une source militaire a confirmé qu'une opération de l'armée avait eu lieu dans la banlieue sud de Beyrouth à majorité chiite à la recherche des otages enlevés à la mi-août par le clan chiite Moqdad.

"Nous avons effectué une opération la nuit dernière dans des secteurs de la banlieue sud (...) à la recherche des hommes kidnappés", a indiqué cette source militaire, affirmant que le sort du Turc était inconnu.

L'armée a annoncé dans un communiqué que les forces de sécurité et des unités de l'armée "ont libéré quatre Syriens kidnappés lors d'une descente hier après minuit" et qu'elle "continuera de poursuivre ceux qui sont impliqués, et d'arrêter les responsables".

La banlieue sud où résident les Moqdad est sous contrôle des miliciens du Hezbollah chiite qui a nié tout lien avec le clan Moqdad.

Le 15 août, le clan chiite des Moqdad avait revendiqué le rapt d'une vingtaine de Syriens et d'un Turc en représailles à l'enlèvement en Syrie d'un membre de leur famille par un groupe rebelle qui l'accuse d'être un tireur embusqué à la solde du Hezbollah, formation libanaise proche de Damas.

Le porte-parole des Moqdad a dit que les quatre Syriens et le Turc étaient les derniers otages aux mains du clan.

Un groupe qui s'était présenté comme appartenant à l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles syriens) avait revendiqué l'enlèvement de Hassan Moqdad à Damas, ce qui a été démenti par des chefs de l'ASL.

Des hommes se disant membres de l'ASL détiennent depuis le mois de mai dix otages libanais chiites dans le nord de la Syrie.

rd-rm/sbh

PLUS:afp