NOUVELLES

L'élection du nouveau président somalien, une étape "importante" (Cameron)

11/09/2012 06:08 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'élection de Hassan Cheikh Mohamoud à la présidence de la Somalie est une étape "importante", a estimé mardi le Premier ministre britannique David Cameron, appelant les "leaders somaliens à travailler ensemble" pour "renforcer la sécurité" de ce pays de la Corne de l'Afrique.

"C'est un moment important pour la Somalie et une étape importante en vue d'un processus politique renouvelé", a déclaré M. Cameron dans un communiqué, où il félicite Hassan Cheikh Mohamoud pour sa victoire tout en saluant le rôle joué par le président sortant Sharif Cheikh Ahmed.

"Les prochains mois et les prochaines années seront décisifs pour la transition de la Somalie vers la démocratie. Les responsables somaliens doivent maintenant travailler ensemble pour construire un système plus représentatif et plus transparent, pour lutter contre la corruption et renforcer la sécurité et la stabilité" de ce pays, a poursuivi le Premier ministre.

Le Royaume-Uni, qui avait accueilli en février une conférence internationale sur la Somalie, "continuera à soutenir le peuple et les responsables somaliens pour que la Somalie puisse tirer pleinement profit de son potentiel en tant que nation pacifique, prospère et représentative" de toute sa population, poursuit M. Cameron.

Lundi, l'universitaire Hassan Cheikh Mohamoud, 56 ans, considéré comme un outsider, a été élu président de Somalie par les députés réunis à Mogadiscio, battant le chef de l'Etat sortant.

Il est le premier président élu dans la capitale somalienne depuis le début du difficile processus de reconstruction mené depuis 2000 avec le soutien de la communauté internationale, ses prédécesseurs ayant dû être élus dans des pays voisins pour des raisons de sécurité.

Son élection parachève un long et complexe processus politique parrainé par l'ONU, destiné à doter la Somalie d'institutions pérennes et d'un réel gouvernement central. Depuis la chute du président Siad Barre en 1991, le pays a été plongé dans le chaos, et différentes autorités de transition se sont succédé depuis 2000.

bed/od/jlb

PLUS:afp