NOUVELLES

Les mises en chantier ont augmenté en août grâce à Toronto, selon la SCHL

11/09/2012 09:06 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - Le rythme des mises en chantier d'habitations a augmenté au Canada le mois dernier, avec l'aide de grands projets à Toronto, même si le secteur immobilier canadien a montré des signes de fatigue.

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a fait état mardi de 19 860 mises en marché d'habitations en août, pour un nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de 224 900, contre 208 000 le mois précédent.

Les économistes s'attendaient en moyenne à un nombre de 201 000 mises en chantier.

«L'augmentation du nombre de logements commencés en août est attribuable au début de la construction de quelques grands projets dans le Grand Toronto et traduit essentiellement la robustesse des ventes sur plan dans certains de ces projets à la fin de 2010 et au début de 2011, période durant laquelle des gains au chapitre de l'emploi avaient été réalisés», a déclaré Mathieu Laberge, économiste en chef adjoint au Centre d'analyse de marché de la SCHL.

«L'intensification des mises en chantier en août dans l'Atlantique et en Colombie-Britannique s'explique par les faibles niveaux d'activité observés en juillet dans ces provinces plutôt que par une accélération de la tendance. Globalement, on s'attend toujours à ce que l'activité sur le marché du neuf ralentisse durant le reste de l'année et en 2013», a-t-il ajouté.

Jacques Marcil, économiste principal à la Banque TD, a estimé que ces données démontraient que la construction immobilière demeurait élevée, mais il a laissé entendre que cela ne durerait pas.

«Le reste de l'économie croît à un rythme pas mal moins élevé et ne pourra vraisemblablement pas soutenir ce niveau d'offre de logements pendant encore longtemps», a-t-il prévenu.

«Même si les récentes modifications aux règles sur l'assurance hypothécaire vont selon toute vraisemblance ralentir le demande de nouvelles habitations, les faibles taux d'intérêt continuent d'inciter les acheteurs à emprunter et à maintenir le marché surévalué», a ajouté M. Marcil.

La semaine dernière, la Chambre immobilière de Toronto a annoncé que les ventes d'habitations existantes avaient chuté en août de 12,5 pour cent dans la métropole canadienne, par rapport à la même période de l'année dernière, bien que le prix moyen, de 479 095 $, ait augmenté de 6,5 pour cent.

À Vancouver, la chambre immobilière a fait était d'une diminution de 30,7 pour cent des ventes le mois dernier et d'un prix moyen inférieur de seulement 0,5 pour cent, à 609 500 $.

La SCHL a annoncé mardi que le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier s'était accru au pays de 10,2 pour cent, à 205 900, en août. Il est demeuré relativement stable dans la catégorie des maisons individuelles, à 64 300, mais il a progressé de 15,5 pour cent dans celle des logements collectifs, à 141 600.

Le nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations en milieu urbain a augmenté de 47,5 pour cent dans l'Atlantique, de 20,4 pour cent en Ontario, de 18,2 pour cent en Colombie-Britannique et de 1,3 pour cent dans les Prairies, tandis qu'il s'est replié de 9,8 pour cent au Québec.

PLUS:pc