NOUVELLES

Le personnel diplomatique en Iran bien protégé, assure Téhéran

11/09/2012 05:57 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Le personnel diplomatique en Iran bénéficie du plus "haut niveau" de protection, ont assuré mardi les autorités iraniennes en réponse au Canada, qui a décidé de fermer son ambassade à Téhéran notamment pour des raisons de sécurité.

"Nous assurons les meilleures conditions (de sécurité) à tous les diplomates. La sécurité dans notre pays est à son niveau le plus haut, en comparaison avec d'autres pays de la région", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast.

Le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, a annoncé vendredi la fermeture de l'ambassade du Canada en Iran, en soulignant dans un communiqué que "le régime iranien démontr(ait) un mépris flagrant à l’égard de la Convention de Vienne et de sa garantie de protection pour le personnel diplomatique".

"Nos diplomates servent le Canada à titre de civils, et leur sécurité demeure notre priorité absolue", a-t-il affirmé.

Des responsables canadiens ont notamment fait référence à la mise à sac le 29 novembre dernier de l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran, dans la foulée de manifestations contre les sanctions occidentales visant l'Iran pour son programme nucléaire controversé.

La question de la sécurité des diplomates en Iran est sensible, 52 Américains ayant été retenus en otages pendant 444 jours à l'ambassade américaine à Téhéran en 1979, en pleine révolution iranienne.

M. Mehmanparast a affirmé que les mesures prises pour assurer la sécurité du sommet des pays Non-Alignés, fin août à Téhéran, démontraient bien que les arguments avancés "par certains pays et par des responsables extrémistes du gouvernement canadien étaient inappropriés et liés à la colère" provoquée par le "succès" de ce sommet.

Outre la fermeture de son ambassade, le Canada a annoncé l'expulsion de tous les diplomates iraniens encore en poste au Canada, en invoquant l'aide militaire croissante de Téhéran au régime syrien, son soutien à des organisations terroristes et son programme nucléaire controversé.

Téhéran a dénoncé la décision d'Ottawa en accusant le gouvernement canadien d'être "sous l'influence du régime sioniste".

fpn/rmb/hj/cco

PLUS:afp