NOUVELLES

Le huard clôture à un sommet de 13 mois, dans l'attente de la Fed

11/09/2012 06:31 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

TORONTO - Le dollar canadien a clôturé mardi à un sommet de 13 mois dans un contexte où plusieurs acteurs s'attendent à ce que la Réserve fédérale des États-Unis lance prochainement une nouvelle ronde de mesures pour aider l'économie américaine.

Le huard a clôturé en hausse de 0,45 cent US à 102,75 cents US, après avoir grimpé jusqu'à 102,91 cents US en cours de séance. Le billet vert américain s'est pour sa part déprécié à la veille du début d'une rencontre de deux jours de la Fed, au cours de laquelle elle doit discuter des taux d'intérêt.

La banque centrale pourrait annoncer jeudi une nouvelle ronde de mesures d'assouplissement quantitatif dans le cadre de laquelle elle imprimerait plus d'argent pour acheter des obligations et garder les taux d'intérêt à leur faible niveau, afin d'encourager l'activité de prêt.

Depuis la publication, vendredi, de données décevantes sur le marché de l'emploi aux États-Unis, les attentes de nouvelles mesures de relance de la part de la Fed se font plus persistantes. Les économistes misaient sur la création de 125 000 emplois pour le mois d'août, mais l'économie n'a réussi qu'à en générer que 97 000 et les données des deux mois précédents ont été révisées à la baisse.

Malgré tout, certains observateurs ne croient pas qu'une annonce de la Fed soit imminente, particulièrement parce que la banque centrale pourrait vouloir éviter de devenir un élément trop important du débat précédant l'élection présidentielle américaine.

La devise américaine s'est affaibli davantage mardi après que l'agence de notation Moody's Investors Service eut indiqué qu'il réduirait probablement sa note «Aaa» sur la dette du gouvernement américain, probablement d'un cran, si les négociations quant à son budget fédéral devaient achopper. Si le Congrès américain, actuellement sous l'effet d'une forte partisannerie, ne réussit pas à conclure une entente, des réductions de dépenses et des hausses d'impôts totalisant plus de 600 milliards $ US entreront en vigueur l'an prochain.

La plupart redoutent ce scenario parce qu'il pourrait faire retomber les États-Unis en récession et faire grimper le taux de chômage.

PLUS:pc