NOUVELLES

Le déficit commercial du Canada a grimpé à 2,3 milliards $ au mois de juillet

11/09/2012 09:09 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - La performance du Canada en matière de commerce international a chuté à un niveau sans précédent en juillet, alors que le déficit commercial du pays avec le monde a atteint 2,3 milliards $, les exportations et importations de marchandises canadiennes ayant reculé dans un contexte de faible économie mondiale.

Le tableau s'est d'autant plus assombri que Statistique Canada a revu à la hausse le déficit enregistré en juin, maintenant de 1,93 milliard $. L'organisme fédéral avait fait état le mois dernier d'un déficit de 1,81 milliard $ pour la période.

Les économistes de la Banque Scotia ont fait remarquer que le solide dollar canadien — qui s'est récemment hissé à son niveau le plus élevé en 13 mois — avait vraisemblablement joué un rôle, la baisse des exportations ayant été plus prononcée sur le marché américain. Les exportations canadiennes au sud de la frontière ont diminué de 5,5 pour cent et atteint leur niveau le plus bas depuis octobre 2010.

«Les choses pourraient difficilement aller plus mal pour les exportateurs canadiens — du moins pour le moment», a affirmé Derek Holt, vice-président d'Études économiques Scotia.

Dans l'ensemble, les exportations ont baissé de 3,4 pour cent, à 37,7 milliards $, et les importations ont diminué de 2,2 pour cent, à 40,1 milliards $. En ce qui a trait aux volumes, les exportations ont chuté de deux pour cent, et les importations, de 1,2 pour cent, montrant que les échanges commerciaux ont encore pesé sur l'économie canadienne au début du troisième trimestre.

M. Holt a estimé que la performance du pays suscitait de nouvelles interrogations quant à la politique monétaire de la Banque du Canada puisque toute hausse des taux d'intérêt, en ce moment, aurait vraisemblablement pour effet d'accroître la valeur du dollar canadien et de ralentir davantage les exportations.

Dans un communiqué, le ministre fédéral du Commerce international, Ed Fast, a souligné l'importance des échanges commerciaux pour l'économie canadienne, faisant remarquer que les exportations étaient à l'origine d'un emploi sur cinq au pays.

«C'est pourquoi nous continuons d'ouvrir des marchés pour accroître les exportations canadiennes dans le cadre du plus ambitieux plan de stimulation du commerce jamais vu dans l'histoire du Canada», a-t-il déclaré.

Le Canada et l'Union européenne sont actuellement impliqués dans des négociations en vue de conclure une entente de libre-échange. Le gouvernement du premier ministre Stephen Harper a indiqué qu'un accord serait atteint d'ici à la fin de l'année.

Des négociations ont également lieu avec le Japon et un groupe de pays connu sous le nom de Partenariat transpacifique.

À la suite du redressement opéré en 2011 et d'un bon départ cette année, le Canada a maintenant connu quatre mois négatifs de suite en matière d'échanges commerciaux, chacun ayant été pire que le précédent.

Les exportations de produits énergétiques ont diminué de 8,5 pour cent en juillet, alors que les exportations de pétrole brut ont fléchi de 9,6 pour cent. Les exportations de machines et d'équipement ont diminué de 5,5 pour cent, celles de produits de l'automobile ont diminué de 5,3 pour cent, et les exportations de produits de l'agriculture et de la pêche ont reculé de 3,2 pour cent.

L'excédent commercial du Canada avec les États-Unis est passé de 3 milliards $ en juin à 2,1 milliards $ en juillet, ce qui constitue l'excédent commercial le plus faible depuis octobre 2010.

Les importations en provenance des pays autres que les États-Unis ont diminué de 2,4 pour cent, à 14,7 milliards $, tandis que les exportations ont augmenté de 1,2 pour cent, à 10,3 milliards $, de sorte que le déficit commercial avec ces pays est passé à 4,4 milliards $ en juillet, contre 4,9 milliards $ le mois précédent.

PLUS:pc