NOUVELLES

Impôts et extorsions ont rapporté 400 millions de dollars aux talibans (ONU)

11/09/2012 06:44 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Les talibans ont recueilli entre mars 2011 et mars 2012 en Afghanistan 400 millions de dollars provenant de la levée d'impôts, de dons et d'extorsions de fonds au détriment d'hommes d'affaires et de trafiquants de drogues, selon un rapport de l'ONU.

Ils ont aussi détourné des centaines de millions de dollars sur les milliards affectés à des projets de développement en Afghanistan, indique ce rapport d'experts du comité des sanctions.

Selon ces experts, ces 400 millions ont été amassés entre mars 2011 et mars 2012. Près de 275 millions sont allés aux dirigeants talibans et 125 millions à des responsables locaux.

Selon des estimations de la Force internationale de l'Otan (Isaf) citées par le rapport, l'organisation d'attaques coûte aux talibans entre 100 et 155 millions de dollars par an et le reste couvre les frais courants de fonctionnement de l'insurrection.

"Depuis 2006, les talibans ont réussi à financer un nombre croissant d'attaques, grâce à la hausse de leurs revenus", souligne le document.

En ce qui concerne les impôts, une taxe de 10% est prélevée sur la récolte, essentiellement de pavot --c'est la "principale" source de revenus, selon la rapport-- et une autre de 2,5% sur le patrimoine. Mais les talibans, qui agissent comme une administration locale dans les régions qu'ils contrôlent, taxent aussi les services d'eau et d'électricité, ainsi que les commerçants locaux et les petites entreprises.

Des responsables afghans cité dans le rapport évaluent le chiffre d'affaires total du trafic de drogue entre 3,6 et 4 milliards de dollars, sur lesquels les talibans ont prélevé environ 100 millions en 2011-2012. "Cela laisse entendre que les talibans ne font pas de grands efforts pour exploiter cette source de revenus potentielle", estiment les auteurs du rapport.

Le détournement de l'aide internationale est aussi une activité "lucrative", allant de 10 à 20% du total des contrats financés par les Etats-Unis et d'autres pays donateurs.

tw/avz/mdm

PLUS:afp