NOUVELLES

Gaz de schiste en Afrique du Sud: le fractionnement hydraulique soumis à conditions (ministre)

11/09/2012 09:16 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'Afrique du Sud va accorder comme prévu des licences pour explorer ses réserves de gaz de schiste, mais l'exploitation par la méthode controversée du fractionnement hydraulique ne sera autorisée que si les questions environnementales sont résolues, a affirmé mardi la ministre des Mines Susan Shabangu.

"Le forage aura lieu, parce qu'il permettra de savoir s'il y a quelque chose ou non", a déclaré la ministre devant la presse, mais si la méthode d'exploitation "présente une menace pour l'eau en Afrique du Sud, alors devrons stopper le processus".

L'extraction du gaz de schiste se pratique par fracturation hydraulique, une technique qui exige d'injecter d'énormes quantités d'eau et de produits chimiques dans le sol, et qui est accusée de nuire à l'environnement et de polluer les nappes phréatiques.

De premières études laissent penser que d'immenses réserves de gaz de schiste se trouvent dans le sous-sol du désert du Karoo, dans l'ouest aride du pays, où l'eau est rare.

Les licences d'exploration qui seront accordées n'inclueront en aucun cas l'usage du fractionnement hydraulique. Un comité de contrôle ad hoc sera en outre créé pour évaluer les risques d'une exploitation et éventuellement l'interdire.

Une fois que toutes les recommandations seront en place, le fractionnement hydraulique sera autorisé "sous la stricte supervision du comité de contrôle", a précisé la ministre.

Vendredi, le gouvernement avait annoncé la levée d'un moratoire sur l'exploration, au grand dam des associations écologistes.

Selon une étude préliminaire de Shell, les réserves du Karoo pourraient fournir l'énergie nécessaire à l'Afrique du Sud pendant 400 ans, au rythme actuel de consommation. Shell fait également miroiter la création de milliers d'emplois.

jg-cpb/de

PLUS:afp