NOUVELLES

Fashion Week: le printemps-été punk et médiéval de Rodarte

11/09/2012 04:41 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Cuirasses brillantes et métalliques offrant leur protection à des princesses déjantées mi-punk, mi-médiévales, les créations Rodarte entraînent la femme de 2013 dans un voyage romantique à travers le temps.

Pour la saison printemps-été 2013 de la Semaine de la mode new-yorkaise, les californiennes surdouées Laura et Kate Mulleavy, ont choisi de mettre en valeur l'aura sensuelle et vulnérable de la silhouette Rodarte, une griffe qu'elles ont créée en 2005, très prisée des tapis rouges hollywoodiens.

Sous une robe bustier bouclier ornée de brocards incrustés de brillants, se révèle la douceur d'une longue jupe de soie ou d'une pièce d'organza.

Après les années 1960 de Marc Jacobs lundi soir, les soeurs Mulleavy ont puisé leur inspiration encore plus loin dans le passé pour confectionner des robes et des souliers aussi romantiques que déjantés, fruit d'un méticuleux travail sur les tissus et les matières.

"Notre grande inspiration était médiévale. Et le meilleur moyen de l'aborder, avec la superposition de si nombreuses couches (de tissus), était de partir de l'idée de jeux d'un monde fantastique, de jeux de rôles", a précisé à l'AFP Kate Mulleavy.

Princesses punks ou dames de cour, les silhouettes revêtent avec autant d'aisance de sculpturales tuniques de soie corail, jaune ou bleu marine, ou des robes à sequins structurées par de larges ceintures bijoux, que des vestes perfecto larges et bouffantes, aux milles franges de cuir et de soie.

"C'est cela précisément qui nous intéresse tant lorsque nous nous basons sur des silhouettes classiques, cela nous permet de jouer avec elles, de les réinventer, et de faire en sorte que les gens les imaginent différemment", a poursuivi la créatrice.

Littéralement enchanté, le public, qui rassemble les plus grands rédactrices de mode new-yorkaises et parisiennes, semble approuver la nouvelle direction empruntée par Rodarte.

Parmi elles, rencontrée en coulisses aux côtés de l'actrice américaine Kirsten Dunst, Carine Roitfeld, l'ancienne patronne de l'édition française de Vogue, qui vient de lancer ce mois-ci le magazine éponyme CR Fashion Book à New York, est particulièrement enthousiaste.

"Je les ai suivies depuis leur premier défilé et je trouve qu'elles font des pas de géant. Elles ont commencé avec du tricot, que j'adoré (...) et maintenant, ces cuirs travaillés, ces mélanges, c'est tout leur esprit".

ppa/bd

PLUS:afp