NOUVELLES

Des manifestants déchirent le drapeau de l'ambassade américaine au Caire (AFP)

11/09/2012 02:43 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

Des milliers de manifestants égyptiens rassemblés devant l'ambassade des Etats-Unis au Caire pour dénoncer un film jugé "anti-Islam" ont déchiré mardi le drapeau américain, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Près de 3.000 manifestants, dont de nombreux salafistes, se sont rassemblés pour protester contre un film produit par des chrétiens coptes égyptiens vivant aux Etats-Unis et qui, selon eux, insulte le prophète Mahomet.

Une dizaine d'hommes ont escaladé le mur d'enceinte de l'ambassade et l'un d'eux a arraché le drapeau américain, qui a ensuite été déchiré et remplacé par un immense drapeau noir sur lequel était écrite la profession de foi musulmane.

La police n'a pas fait usage de la force et est parvenue à les convaincre de sortir de l'enceinte de l'ambassade, selon un photographe de l'AFP.

Le drapeau noir a ensuite été accroché sur le mur d'enceinte, au pied duquel la police anti-émeutes était déployée.

Sur le mur, un graffiti s'en prenait aux "Chiens de l'étranger", en référence aux coptes de l'étranger, tandis qu'un autre mettait en garde contre les attaques contre Mahomet: "tout sauf le Prophète".

Un groupe de femmes portant le voile intégral a scandé "O fils de la croix, le prophète est notre bien-aimé", selon une journaliste de l'AFP.

La Ligue arabe a condamné le film, estimant qu'il contenait des "insultes contre le prophète Mahomet", selon l'agence Mena.

Le militant pro-démocratie Waël Ghoneim, qui s'était fait connaître lors de la révolte contre le régime de Hosni Moubarak en 2011, a toutefois estimé sur sa page Facebook qu'"attaquer l'ambassade américaine le 11 septembre en brandissant des drapeaux s'apparentant à ceux d'Al-Qaïda ne sera pas reçu par le public américain comme une protestation contre le film sur le prophète".

"Cela sera plutôt vu comme une célébration du 11ème anniversaire des attaques terroristes du 11 septembre" 2001), a-t-il jugé.

Les Etats-Unis commémoraient mardi le 11ème anniversaire des attaques du réseau extrémiste Al-Qaïda qui avaient visé le World Trade Center à New York et fait près de 3.000 morts.

kd-mon-iba/sbh/vl

PLUS:afp