NOUVELLES

Attaque du consulat américain à Benghazi : l'ambassadeur américain tué

11/09/2012 06:48 EDT | Actualisé 11/11/2012 05:12 EST

L'ambassadeur américain en Libye Christopher Stevens, de même que trois fonctionnaires du consulat de Benghazi, ont été tués dans une violente attaque contre le bâtiment, mardi, nous apprend le ministère de l'Intérieur de la Libye.

Des manifestations avaient éclaté plus tôt en Libye et en Égypte pour protester contre un film américain jugé offensant pour l'islam.

Le film a soulevé l'ire de manifestants au Caire, en Égype, et a provoqué des violences à Benghazi, en Libye.

Le consulat américain de Benghazi a littéralement été attaqué par des manifestants armés. L'ambassadeur et trois fonctionnaires américains du consulat ont péri dans l'attaque, selon les autorités libyennes.

Différentes sources rapportent que des manifestants ont tiré sur le consulat américain, dans lequel ils ont réussi à s'introduire. « Ils ont tiré en l'air avant d'entrer dans le bâtiment », a déclaré le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Wanis Al-Charef. Peu après, un témoin a indiqué à l'AFP que des manifestants avaient arraché le drapeau américain et mis le feu au consulat.

Les forces de l'ordre libyennes, cibles de tirs nourris, ont dû évacuer les lieux. Des pillards ont ensuite pénétré dans le consulat, d'où ils sont ressortis avec des bureaux, des chaises ou des machines à laver, ont constaté des correspondants de Reuters.

Selon le porte-parole de la haute commission de sécurité du ministère de l'Intérieur, Abdelmonoem Al-Horr, les forces de sécurité et du ministère de la Défense ont tenté de contenir la situation. Ce dernier rapporte que des roquettes RPG ont également été tirées sur le consulat depuis une ferme toute proche.

Des milliers de manifestants en Égypte

Le même film controversé a provoqué d'importantes manifestations dans la capitale égyptienne. Des milliers de personnes ont protesté devant l'ambassade américaine. Certains d'entre eux ont pénétré dans l'enceinte de l'ambassade, d'où ils ont retiré le drapeau américain. Ils ont déchiré le drapeau après avoir tenté de le brûler, et l'ont remplacé par un étendard islamique.

Sur un immense étendard noir était écrite la profession de foi musulmane: « Il n'y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète ». Le drapeau noir, similaire à une bannière utilisée par Al-Qaïda, est utilisé fréquemment par des fondamentalistes dans la région.

Selon des responsables de l'ambassade, aucun personnel de la représentation n'était alors présent dans le bâtiment, et l'ambassadeur était hors de la ville.

En soirée, la manifestation avait pris de l'ampleur, et des dizaines de policiers antiémeute se sont alignés le long des murs de l'ambassade. Ils n'ont pas bloqué les protestataires, qui ont continué à grimper le mur et à s'y tenir debout, en chantant. Mais il semble que ceux-ci ne se rendaient plus en soirée dans l'enceinte de l'ambassade.

Washington condamne les actes

Avant de connaître l'identité des victimes, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déclaré que « certains ont essayé de justifier ce comportement brutal en le présentant comme une réponse à des éléments incendiaires diffusés sur Internet ».

« Nous pouvons confirmer que notre représentation à Benghazi, en Libye, a été attaquée par un groupe de manifestants », a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, dans un communiqué. « Nous condamnons dans les termes les plus forts cette attaque contre notre mission diplomatique », a-t-elle ajouté.

Mme Nuland a également affirmé que des responsables américains travaillaient avec les Libyens pour sécuriser le bâtiment.

« Quant à la situation du Caire, nous pouvons confirmer que la police égyptienne a expulsé les manifestants qui étaient entrés plus tôt dans la journée dans l'enceinte de l'ambassade », a déclaré Victoria Nuland.

Par ailleurs, un responsable du département d'État a dit à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, qu'il ne pouvait confirmer un lien entre les deux incidents.

PLUS: