Huffpost Canada Quebec qc

Angela Davis: au festival du film de Toronto, coup de projecteur sur l'icône politique des années 70

Publication: Mis à jour:
ANGELA DAVIS
Angela Davis au TIFF. | Alamy

TORONTO (Canada), 11 sept 2012 (AFP) - Quarante ans après le retentissant acquittement d'Angela Davis pour enlèvement, meurtre et conspiration, un documentaire présenté en avant-première au festival de Toronto raconte comment cette jeune professeur afro-américaine de philosophie est devenue une icône politique dans les années 70.

Aujourd'hui âgée de 68 ans, Mme Davis s'est réjouie que le film "Free Angela and all political prisoners" (Libérez Angela et tous les prisonniers politiques), permette à une nouvelle génération de découvrir son combat pour une plus grande justice sociale.

"Je crois qu'il est important que les jeunes gens d'aujourd'hui comprennent ce que ça signifiait de se sentir puissants collectivement, et capables de changer le monde", a expliqué la militante des droits civiques, féministe et antiraciste, lors d'une conférence de presse.

"Personne n'aurait imaginé que (en tant que femme noire, membre affiché du parti communiste et militante radicale), même si j'étais innocente, je puisse résister au pouvoir de l'Etat" et être finalement acquittée, au terme d'une campagne de mobilisation mondiale avec t-shirts ou posters à son effigie, a-t-elle ajouté.

Construit autour d'interviews d'Angela Davis et d'images d'archives, le film réalisé par Shola Lynch retrace l'extraordinaire parcours de cette femme qui a grandi dans l'Alabama, a étudié aux Etats-Unis et en Europe, avant d'entamer une carrière d'enseignante à la prestigieuse université UCLA à Los Angeles. Son appartenance au parti communiste lui avait valu les foudres du gouverneur de Californie, Ronald Reagan, qui avait parlé de "provocation". Elle sera finalement renvoyée de l'université.

Sa vie bascule en 1970 lorsque la police la soupçonne d'être liée à une prise d'otages dans un tribunal, qui se soldera notamment par la mort d'un juge californien.

Inculpée pour conspiration, elle prend la fuite, traquée par le FBI. Arrêtée quelques semaines plus tard, elle est incarcérée et encourt la peine de mort. Elle sera finalement acquittée en 1972 par un jury composé uniquement de blancs, grâce notamment à une immense mobilisation internationale.

L'icône du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis continue de militer pour diverses causes, notamment les droits des prisonniers.

"Nous avons besoin d'un nouveau monde, nous avons besoin d'alternatives aux structures existantes du capitalisme qui se sont insinuées dans les vies de gens partout dans le monde", a-t-elle plaidé. "Nous allons devoir nous battre pour un monde meilleur".

Sur le web

Stop giving Angela Davis T-shirts of herself - The Globe and Mail

Free Angela & All Political Prisoners - Toronto International Film ...

Angela Davis doc brings life of revolutionary to - theGrio

Free Angela Davis & All Political Prisoners, Angela Davis - Maclean's

New Angela Davis documentary brings life of revolutionary to big screen