NOUVELLES

Syrie: Lakhdar Brahimi juge sa mission "très difficile"

10/09/2012 06:17 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Le nouveau médiateur international pour la Syrie Lakhdar Brahimi a estimé lundi qu'il avait "une mission très difficile" à mener mais qu'il n'avait "pas le droit" de la refuser.

"Je réalise que c'est une mission très difficile, mais je pense que je n'ai pas le droit de refuser d'apporter une aide au peuple syrien", a-t-il déclaré au Caire à l'issue d'une rencontre avec le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi.

M. Brahimi a ajouté devant la presse qu'il comptait se rendre en Syrie "dans les prochains jours" pour "y rencontrer des responsables et des gens de la société civile, (...) dans la capitale et à l'extérieur".

Il a déclaré "espérer" rencontrer le président Bachar al-Assad, mais a ajouté qu'à ce stade il "ne savait pas" si cela serait possible.

"Je suis au seul service du peuple syrien (...). Je pense que les Nations Unies et la Ligue arabe n'ont pas d'autre intérêt que celui du peuple syrien", a-t-il poursuivi, en référence aux deux institutions qui l'ont mandaté.

M. al-Arabi a pour sa part affirmé que la mission de paix de M. Brahimi était "presque impossible", tout en se déclarant confiant sur la capacité de l'émissaire international de la mener.

Le nouveau médiateur, qui a pris ses fonctions officiellement le 1er septembre, est arrivé dimanche soir au Caire pour entamer sa délicate mission destinée à trouver une issue à un conflit qui a débuté il y a près de 18 mois.

Il a succédé à Kofi Annan, l'ex-patron de l'ONU qui avait démissionné le 2 août en admettant l'échec de plusieurs mois d'efforts.

iba-jaz/cr/sbh

PLUS:afp