NOUVELLES
10/09/2012 06:21 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Somalie: le nouveau Parlement réuni pour élire le président

Le nouveau Parlement somalien était réuni lundi à Mogadiscio pour élire un président pour ce pays plongé dans la guerre civile et privé d'autorité centrale effective depuis 21 ans, a constaté l'AFP sur place.

Des mesures de sécurité renforcées, avec fouille au corps, y compris pour les parlementaires, et prise d'empreintes digitales, ont été mises en place à l'Ecole nationale de la police, où se tient la réunion, pour écarter tout risque d'attentat.

229 députés étaient présents -- sur un total de 275 qui doivent siéger à terme -- pour départager 25 candidats à la présidence, qui ont tous versé 10.000 dollars pour pouvoir se présenter.

L'approche de la présidentielle a donné lieu à de féroces affrontements, orchestrés autour des lignes claniques au coeur de la vie politique somalienne. Le Conseil de sécurité de l'ONU a mis en garde contre des pratiques "d'intimidation", se disant prêt à "des actions contre les individus dont les actes menacent la paix, la stabilité ou la sécurité de la Somalie".

Le président sortant à titre transitoire, Sharif Cheikh Ahmed, candidat à sa propre succession et un des favoris du scrutin, a assuré lundi pour sa part à l'AFP "qu'il était absolument honnête et que l'argent ne jouerait aucun rôle dans (sa) réélection".

"Si vous m'élisez, Al Qaïda et (le mouvement insurgé islamiste somalien) shebab seront rejetés de cette région, et j'y éliminerai la terreur", a assuré le chef d'Etat sortant, élu en 2009 après avoir rallié les institutions de transition qu'il combattait auparavant à la tête d'une rébellion islamique.

Les islamistes shebab mènent depuis la guerre contre les institutions transitoires que préside Sharif Cheikh Ahmed, même s'ils ont dû céder du terrain depuis un an face à une force de l'Union africaine et à des contingents envoyés en Somalie par le Kenya et l'Ethiopie voisins.

L'élection présidentielle doit parachever une transition parrainée par l'ONU et destinée à doter le pays d'institutions stables, après la nomination le mois dernier d'un nouveau Parlement.

amu-bb/aud/ej

PLUS:afp