DIVERTISSEMENT

Maïa Leia se lance (ENTREVUE)

10/09/2012 10:18 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST
Jean-Francois Cyr

MONTRÉAL - Maïa Leia a tout juste 20 ans et a grandi dans le Mile-End auprès d'une mère montréalaise et d'un père originaire de l'Inde. Avec un premier album Compte à rebours éclaté et teinté d'une jolie naïveté, la chanteuse fait ses premiers pas dans le monde de la musique québécoise avec panache coloré.

« Ça fait trois ans que ça bouillonne ce projet. Ça été un long processus, parce que j'allais à l'école, je travaillais, en plus d'être en pseudo crise d'adolescence, période qui est arrivée assez tard dans mon cas. J'étais un peu dépassée par les événements de la vie, mais bon, rien de majeur. Grâce aux gens qui m'entourent, j'ai réussi à mettre au monde ce disque », raconte tout sourire la mignonne Maïa Leia, lors du lancement de son encodé à la Quincallerie, lundi soir, à Montréal.

Jusqu'à maintenant, elle connaît un succès d'estime encourageant, notamment avec la pièce « La nuit dernière », qui se trouve (à la radio) présentement numéro 3 dans le top 10 francophone au Québec ainsi qu'à la onzième position du top 100 toutes langues confondues, au Canada.

Saveur populaire

Comme bien des réalisations sorties ces dernières années, cette proposition musicale à saveur populaire va du français à l'anglais (« Dead In My Head » ou encore You Used To), sans que le résultat agace notre oreille. Pourquoi pas? C'est en fait sa réalité.

Les arrangements (guitare, percussions, clavier, flûte traversière, beatbox, saxophone, trompette, rythmes symthétisés...) sont assez bien faits, légers, influencés par les rythmes motown, folk, reggae, soul, R'n'B. D'ailleurs, c'est possiblement l'un des problèmes de cet album qui goûte à bien des styles sans avoir une ligne conductrice qui tient l'ensemble du projet. Mais ce n'est pas dramatique, puisque l'énergie lumineuse, elle, convint.

À cet égard, les textes candides, mais non impertinents, filtrent l'âme de cette jeune femme vivante, pétillante, curieuse, qui raffole faire des surprises et du même coup être étonnée par les gens : « J'adore surprendre, sortir de l'ordinaire, déranger de manière positive. Je suis une personne avec beaucoup de bonne humeur. Et ça se reflète dans ma musique. Il y a des exceptions comme le morceau Plus forte, dans laquelle j'avoue être très triste. De toute façon, il n'y a pas de mal à vivre ses émotions, bonheur ou tristesse. En ce moment, tout va pour le mieux. »

La vie montréalaise

« L'écriture est en général assez spontanée. Les thèmes sont très variés et reflètent plein de moments et de sentiments différents. Je suis montréalaise et j'adore ma ville. Tout y est pour trouver des sujets », ajoute celle dont la voix ressemble à celle de Cœur de pirate, avec moins de nostalgie... et de maitrise. Mais le talent est néanmoins notable.

La fête, les sorties, l'amour, Facebook, la danse, la séduction, le dépassement de soi, l'individualisme, l'indifférence, la solitude, la dépendance, voilà quelques-uns des univers explorés par la chanteuse avec entre autres l'aide de son ami Clarity, qui l'a accompagné dans la création de certaines chansons.

« Rien n'est parfait sur cet album. Je suis déjà ailleurs. Mais je suis très fière de ce que j'ai accompli. Les gens aiment bien. J'ai beaucoup appris durant la production. Je n'avais pas tout le contrôle et c'est normal. J'étais inexpérimenté et je devais de faire confiance aux gens qui m'entouraient. C'est la magie de Montréal, une ville pleine de talents [...] Ces temps-ci, j'écoute beaucoup le collectif Kalmunity, qui m'inspire énormément. Cette bande d'artistes me stimule à aller plus loin », lance la jeune auteure-compositeure-interprète.

L'album Compte à rebours sera en magasin dès le 11 septembre. En ce qui concerne la scène, Maïa Leia affirme qu'elle doit prochainement travailler sur son éventuel spectacle.