NOUVELLES
10/09/2012 09:33 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Le pétrole ouvre en baisse à New York, inquiétudes pour l'économie mondiale

Les cours du pétrole ont débuté la séance en baisse lundi, les courtiers s'inquiétant de données économiques moroses et pariant sur une possible utilisation par l'administration américaine des réserves stratégiques de brut.

Vers 13H00 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre perdait 20 cents, à 96,22 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le monde entier ralentit. De mauvaises nouvelles en provenance d'Europe et de Chine juste après le mauvais rapport sur l'emploi aux Etats-Unis poussent le marché à espérer un stimulus" de la part de la Banque centrale américaine (Fed) tout en restant prudent, a noté Phil Flynn, de Price Futures Group.

L'administration américaine a publié vendredi des chiffres décevants faisant état de créations d'emplois moins importantes que prévu en août dans le pays.

Côté européen, la Banque de France (BdF) a confirmé lundi sa prévision d'un recul de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) de la France au troisième trimestre. En Italie, le PIB s'est contracté plus que prévu au deuxième trimestre.

En Chine, les importations de brut en août ont dégringolé de plus de 15% par rapport à juillet. De plus, l'ensemble des importations chinoises a accusé le mois dernier une baisse inattendue, et Pékin a fait état dimanche d'une hausse de sa production industrielle en août, la plus faible depuis plus de trois ans, autant d'indices confirmant le ralentissement du deuxième consommateur mondial d'or noir.

Aussi les courtiers attendent avec nervosité la tenue mercredi et jeudi de la réunion politique monétaire de la Fed.

D'éventuelles mesures de soutien de sa part seraient de nature à stimuler les achats de matières premières, mais aussi à diluer la valeur du dollar -- ce qui rend plus attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine.

Parallèlement "les rumeurs de marché se multiplient sur une possible réunion de l'administration Obama au sujet d'une utilisation des réserves stratégiques de pétrole", ont souligné les analystes de Morgan Stanley.

Ce facteur, combiné notamment à "un flux de production revenant progressivement" à la normale dans le golfe du Mexique, où la production et l'importation de brut ont été affectées ces deux dernières semaines par le passage de l'ouragan Isaac fin août, participe à la baisse des prix, ont-ils ajouté.

jum/sl/are

PLUS:afp