NOUVELLES
10/09/2012 08:02 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Irak: un gouverneur accuse des alliés d'Hachémi de l'attentat de Nassiriya

Le gouverneur de la province irakienne de Zi Qar a annoncé lundi l'arrestation de 18 personnes présentées comme des alliés du vice-président Hachémi et accusées d'avoir orchestré les attentats de Nassiriya, dont celui qui a touché le consulat de France.

"Nous avons arrêté 18 personnes qui ont préparé les attentats à la bombe de Nassiriya. Elles appartiennent au mouvement Tajdid (Le renouveau, en arabe) dirigé par Tarek al-Hachémi", a assuré Taleb al-Hassan, lors d'une conférence de presse conjointe avec l'ambassadeur de France en Irak, Denys Gauer, à Nassiriya.

Nassiriya, chef-lieu de la province de Zi Qar, au sud de Bagdad, a été le théâtre de plusieurs attentats à la bombe dimanche. L'un d'eux s'est produit à proximité du consulat de France honoraire et a fait un mort.

"Le terrorisme n'a pas sa place en Irak (...). Je suis venu exprimer la solidarité de la France avec la population irakienne et avec les autorités irakiennes dans leur lutte déterminée contre le terrorisme", a déclaré M. Gauer.

La veille, le ministère français des Affaires étrangères avait "condamné avec la plus grande fermeté les attentats" commis en Irak et "particulièrement l'attentat devant le consulat honoraire de France" de Nassiriya.

Dans tout le pays, près d'une centaine de personnes ont péri et plus de 400 autres ont été blessées lors d'une série d'attentats samedi et dimanche.

Les accusations lancées par M. Hassan interviennent au lendemain de la condamnation à mort par contumace du vice-président irakien en fuite Tarek al-Hachémi, pour avoir fomenté des assassinats. M. Hachémi, un sunnite, réfute ces accusations et estime que le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki manipule le système judiciaire.

De son côté, un haut responsable des services de sécurité irakiens a assuré à l'AFP que les "actes terroristes perpétrés à Bagdad et dans tout l'Irak ont été préparés par des groupes affiliés à Tarek al-Hachémi".

"Ces personnes ont appris par les avocats (de M. Hachémi) et ses gardes du corps que la sentence serait rendue dimanche. Et par ces attaques, elles ont tenté de détourner l'attention", a ajouté ce responsable qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

str-gde/hj

PLUS:afp