TORONTO - Un étrange phénomène lié à un vaccin et observé au début de la pandémie de grippe de 2009 pourrait bien être vrai, suggère une nouvelle étude.

Des chercheurs canadiens ont constaté, dans les premières semaines de la pandémie, que les gens ayant reçu un vaccin antigrippal pour l'hiver 2008-2009 semblaient plus à risque d'être infectés par la nouvelle maladie que ceux n'ayant pas été immunisés.

Cinq études effectuées dans plusieurs provinces ont donné les mêmes résultats surprenants. Au départ, cependant, d'autres études similaires menées hors du pays n'ont pas produit les mêmes effets, et le tout a été classé comme le «problème canadien».

L'annonce des étranges découvertes est survenue au moment où les pays d'Amérique du Nord et certaines régions de l'Europe s'apprêtaient à entamer la vaccination de leur population contre le virus de la grippe H1N1.

En raison des risques supposément posés par le vaccin saisonnier contre la grippe lorsque celui-ci est utilisé conjointement avec le vaccin contre la grippe H1N1, le Québec a décidé de ne pas administrer le premier lors de sa campagne contre la pandémie.

Un groupe de chercheurs canadiens ont recréé l'effet chez des furets, qui sont les meilleurs modèles animaliers pour prédire la façon dont la grippe agira chez l'humain.

Selon la première auteure de l'étude, la Dre Danuta Skowronski, les tests effectués sur les furets prouvent que le vaccin antigrippal saisonnier fait ainsi augmenter les risques de contracter la grippe H1N1.

Elle affirme d'ailleurs que depuis la pandémie, des chercheurs d'autres pays ont rapporté une interaction similaire.

La raison de cet effet n'est pas clairement établie, et la chercheure a pressé d'autres groupes de scientifiques de se pencher sur la question. Selon Mme Skowronski, il est important d'éclaircir ce mystère, avant la prochaine pandémie.

Entre temps, elle se fait rassurante: les individus n'ont pas besoin de se passer de vaccin antigrippal saisonnier.