NOUVELLES
09/09/2012 01:55 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

Stades pleins, bilan positif

Jamais les Jeux paralympiques n'avaient suscité un tel engouement. Et les Britanniques, fervents de sports, ont embarqué à pieds joints dans l'aventure.

Pour ces Jeux, les plus importants jamais organisés avec plus de 160 pays représentés, le public britannique a acheté les 2,7 millions de tickets mis en vente. Il s'agit d'un record. Et les disciplines ont été présentées à guichets fermés.

« C'était sûrement la foule la plus importante que j'ai jamais vue de ma vie », a affirmé le Danois Jackie Christiansen, médaillé d'or au lancer de poids.

Selon les organisateurs, les deux tiers des Britanniques ont suivi à la télévision ces compétitions, diffusées dans plus de 100 pays.

Les médias au Royaume-Uni ont aussi répondu largement présents, consacrant chaque jour de pleines pages aux performances des athlètes paralympiques.

« On est en train de vivre la première ère des Jeux paralympiques », a expliqué Yves Foucault, président de la Fédération française du sport adapté.

La ville de Rio au Brésil veut « mettre la barre encore plus haut » en 2016.

Mais reste une interrogation sur le poids de ces Jeux paralympiques dans l'intégration des personnes handicapées. Les organisateurs voulaient croire qu'ils allaient changer « de façon révolutionnaire » la perception du handicap.

« Je pense que les gens ne verront plus jamais le handicap de la même façon », a affirmé Sebastian Coe, président du comité d'organisation.

Un avis partagé par le quotidien britannique The Times: « ces Jeux ont sans aucun doute changé pour toujours l'attitude de ce pays envers le handicap ».

« Les gens commencent à nous accepter pour ce que nous sommes. Le fait que nous ayons rempli des stades en est la meilleure démonstration », a dit l'athlète britannique Hannah Cockroft (course en fauteuil) dans le journal The Observer.

Le maire de Londres Boris Johnson a promis de continuer sur la lancée des Jeux pour améliorer l'accessibilité des personnes handicapées, mais « nous ne pouvons pas tout faire d'un coup », a-t-il d'ores et déjà averti.

Peut-être pourrait-on améliorer l'accessibilité de la station Stratford, où il est encore difficile pour les gens en fauteuil roulant de descendre du train. Et Stratford est la station qui desservait les Jeux paralympiques.

PLUS: