NOUVELLES

Mali: tirs sur des islamistes présumés, au moins 11 morts (sources militaires)

09/09/2012 09:56 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

Au moins onze personnes présentées comme des islamistes ont été tuées dans la nuit de samedi à dimanche dans une ville de la région de Ségou (centre) lorsque l'armée a ouvert le feu sur le véhicule qui les transportait, a appris l'AFP dimanche de sources militaires.

"Un véhicule transportant des islamistes a refusé de s'arrêter" à une injonction de l'armée dans la localité à Diabali (à environ 175 km au nord de Ségou). "Nous avons traité les islamistes comme on traite des ennemis. Il y a au moins onze morts", a déclaré une source militaire jointe à Diabali.

Ces sources militaires n'ont pas précisé l'identité ou l'organisation de ces islamistes présumés.

Aucune information ne permettait dans l'immédiat d'affirmer qu'il s'agit d'une progression de groupes jihadistes contrôlant depuis cinq mois le nord du Mali. Un habitant de la localité de Diabali a évoqué des Mauritaniens et des Maliens, et une source civile a mentionné des personnes en route pour une "rencontre religieuse" en territoire malien, sans plus de détails.

L'armée a ouvert le feu face à "deux groupes d'islamistes qui ont tenté de prendre le poste de Diabali en tenailles. Ils ont été neutralisés", a indiqué pour sa part un officier de l'armée malienne. D'après lui, ils venaient de Sokolo, au nord de Ségou (240 km au nord-est de Bamako) et de Niono - grande ville proche de Diabali.

Il n'a toutefois pas avancé de bilan: "Pour l'instant, nous avons deux bilans contradictoires" en attendant "le rapport de la mission de gendarmerie envoyée sur place" depuis Niono.

Deux habitants de Diabali joints par l'AFP ont fait état d'une fusillade meurtrière entre des militaires et de présumés islamistes, indiquant que l'armée avait eu le dessus.

"Je sais qu'il y a des Maliens et des Mauritaniens parmi les victimes. On parle de dix morts, mais pour le moment, je ne connais pas exactement les conditions de ces décès", a affirmé un des habitants, tandis qu'un autre a déclaré: "Il semble bien que les militaires ont eu le dessus sur les assaillants, car ceux qui ne sont pas morts ont fui."

"Parmi les personnes tuées, il y a, il semble, des religieux qui allaient participer à une rencontre religieuse sur le territoire malien", a déclaré un civil sous couvert d'anonymat.

str-sd/cs/jb/sba

PLUS:afp