NOUVELLES
09/09/2012 08:04 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

Les hommes d'affaires américains invités à investir dans la nouvelle Egypte

Le Premier ministre égyptien Hicham Qandil a exhorté dimanche une délégation d'hommes d'affaires américains à investir dans l'Egypte de l'après-Moubarak, mettant en avant un environnement attrayant pour l'investissement.

"L'Egypte ouvre ses portes aux investisseurs", a dit M. Qandil s'adressant à la délégation, composée de plus de 100 hommes d'affaires américains et du secrétaire d'Etat adjoint Thomas Nides, selon l'agence officielle Mena.

"L'Egypte est une terre d'opportunités, avec une jeune population, une bonne infrastructure (...) favorisant un environnement pour investir", a-t-il affirmé.

Nommé Premier ministre en juillet, M. Qandil s'est voulu rassurant, affirmant que la période d'instabilité qui avait suivi le soulèvement ayant provoqué début 2011 le départ du président Hosni Moubarak était terminée.

Il a ainsi rappelé que l'Egypte avait connu des élections couronnées de succès et affirmé que la sécurité avait été rétablie dans le pays le plus peuplé du monde arabe.

Mais, a-t-il noté, les élections démocratiques doivent être accompagnées d'une croissance économique. "La réduction du déficit budgétaire est une priorité première", a souligné M. Qandil.

"Nous voulons tous que l'Egypte soit un pays avancé, démocratique", a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement oeuvrait pour "attirer les capitaux en offrant un environnement législatif moderne".

L'économie égyptienne a connu avec la révolte de graves difficultés notamment dans le secteur crucial du tourisme, une chute des investissements étrangers, une aggravation du déficit budgétaire et de nombreux conflits sociaux.

Le gouvernement a demandé un prêt de 4,8 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI) destiné à soutenir des réformes économiques.

M. Qandil a dit espérer trouver un accord avec le FMI, qui constituerait "un bon signe pour le monde sur le fait que l'Egypte avance dans la bonne direction".

Durant leur visite, des membres de la délégation américaine devait également rencontrer des responsables gouvernementaux, des chefs de partis politiques et des hommes d'affaires égyptiens, selon la Chambre de commerce américaine en Egypte.

jaz/feb/sbh

PLUS:afp