NOUVELLES
09/09/2012 07:37 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

L'ancien vice-président irakien Tarek al-Hachemi est condamné à mort

BAGDAD - Un tribunal de Bagdad a condamné à mort par contumace dimanche l'ancien vice-président irakien Tarek al-Hachemi, l'un des principaux dirigeants sunnites du pays, accusé d'avoir dirigé des escadrons de la mort contre les forces de sécurité et les chiites.

En fuite en Turquie depuis décembre 2011, l'ancien vice-président dément ces accusations, affirmant être victime d'un règlement de comptes personnel de la part du Premier ministre chiite Nouri al-Maliki.

Le juge du tribunal de Bagdad a déclaré en annonçant le verdict que son identité ne pouvait pas être divulguée par crainte de représailles. Tarek al-Hachemi et des membres de sa garde rapprochée étaient accusés d'avoir joué un rôle dans 150 attentats et assassinats entre 2005 et 2011. L'ancien vice-président et son gendre ont été en définitive reconnus coupables dimanche du meurtre d'un avocat et d'un responsable des services de sécurité.

Durant le procès, qui s'était ouvert au printemps, le tribunal a entendu les témoignages à charge d'anciens gardes du corps de Tarek al-Hachemi. Selon l'ancien vice-président, ils ont été torturés ou contraints de témoigner contre lui.

Les accusations contre Tarek al-Hachemi ont alimenté une crise politique entre Kurdes, Sunnites et le Premier ministre Nouri al-Maliki, accusé de monopoliser le pouvoir. La crise a entraîné une quasi-paralysie du gouvernement.

PLUS:pc