DIVERTISSEMENT
08/09/2012 05:42 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

«Pieta» de Kim Ki-duk remporte le Lion d'or à la Mostra de Venise

AP
Director KIM ki-duk shows the Golden Lion he won for his movie 'Pieta' at the awards photo call during the 69th edition of the Venice Film Festival in Venice, Italy, Saturday, Sept. 8, 2012. (AP Photo/Joel Ryan)

VENISE, Italie - Le drame «Pieta» du réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk, l'histoire d'un agent de recouvrement qui brutalise les gens incapables de le payer jusqu'à ce qu'il rencontre une femme prétendant être sa mère, a remporté le Lion d'or à la 69e Mostra de Venise samedi.

Au lieu du discours de remerciements habituel, le cinéaste a témoigné sa gratitude au jury et au public du festival en chantant une courte chanson en coréen devant une audience silencieuse et fascinée.

Le Lion d'argent, qui récompense le meilleur réalisateur, a été décerné à Paul Thomas Anderson pour «The Master», un film inspiré de la vie du fondateur de la scientologie, L. Ron Hubbard. Les vedettes du long-métrage, Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman, ont partagé le trophée du meilleur acteur.

Dans «The Master», M. Hoffman incarne un gourou charismatique qui se lie d'amitié avec un ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale, interprété par M. Phoenix, qui oublie dans l'alcool son incapacité à trouver un emploi et un sens à son existence.

Philip Seymour Hoffman a accepté les deux prix en l'absence de Paul Thomas Anderson et de Joaquin Phoenix, qui ont quitté Venise pour aller faire la promotion de «The Master» au Festival international du film de Toronto.

L'acteur s'est excusé de ses vêtements froissés, racontant que son avion venait à peine d'atterrir et qu'il avait enfilé son habit dans une toilette.

Le trophée de la meilleure actrice est allé à l'Israélienne Hadas Yaron pour sa prestation dans «Fill the Void» de Rama Burshtein. Le film, qui se déroule dans la communauté hassidique de Tel-Aviv, met en scène une jeune fille de 18 ans, jouée par Mme Yaron, qui doit choisir entre épouser l'homme qu'elle aime ou le veuf de sa soeur aînée décédée en donnant naissance à son premier enfant.

Quant au prix spécial du jury, il a été remis au réalisateur autrichien Ulrich Seidl pour «Paradise: Faith», second volet d'une trilogie portant sur les quêtes différentes de trois femmes appartenant à la même famille.