Le Sud-Africain Oscar Pistorius a fini les Paralympiques en beauté, écrasant ses concurrents sur 400 m sous les acclamations du public et battant le record du monde au terme de l'avant-dernière journée de compétition aux Jeux de Londres, largement dominés par la Chine.

Le sprinteur de 25 ans, surnommé "Blade Runner" en raison des deux lames en carbone en forme de pattes de félin avec lesquelles il court, a bouclé son tour de piste en 46 sec 68/100es, devant les Américains Blake Leeper (50.14) et David Prince (50.61).

"Je voulais juste finir en offrant aux spectateurs quelque chose qu'ils apprécient et qu'ils puissent emmener chez eux", a déclaré Pistorius sur la chaîne britannique Channel 4.

"J'étais très nerveux avant la course. J'étais assez fatigué mais le public m'a vraiment soutenu", a ajouté le Sud-Africain, né sans péroné.

Il réussit ainsi à conserver un des trois titres gagnés à Pékin, après avoir perdu celui du 100 m et surtout, à la surprise générale, celui du 200 m dans les jours précédents. Une défaite qu'il avait très mal vécue, attribuant sa deuxième place à la longueur plus importante des prothèses de ses adversaires.

Pistorius repart donc de ces Jeux avec deux médailles d'or, puisqu'il avait déjà empoché mercredi celle du relais 4x100 m avec l'Afrique du Sud, signant un autre record du monde en 41 sec 78/100es.

Le 400 m est sa course de prédilection: le mois dernier aux JO, auxquels il était le premier double amputé à participer, il avait atteint le stade des demi-finales.

231 médailles pour la Chine

Ce 400 m hommes était la dernière épreuve organisée dans le stade de Stratford, où se sont d'abord déroulés les jeux Olympiques en juillet et août, puis les Paralympiques, les plus importants jamais organisés.

La journée a été également marquée par la finale de cécifoot (foot pour aveugles), où la France s'est inclinée face au Brésil (2-0).

La jeune prodige britannique Ellie Simmonds a elle échoué à remporter une médaille d'or sur le 100 m nage libre, finissant deuxième derrière l'Américaine Victoria Arlen. Simmonds avait gagné deux titres à Pékin en 2008, à seulement 13 ans.

Le Brésilien Daniel Dias, né sans pieds ni mains, a quant à lui raflé sa sixième médaille d'or en natation.

En volley-ball assis, les Bosniens ont réalisé la prouesse de battre les Iraniens (3-1), qui avaient gagné sans interruption depuis Séoul en 1988, à une exception près, Athènes-2004, où ils avaient fini médaillés d'argent.

En basket fauteuil (hommes), l'Australie a battu le Canada (27-26).

Israël a par ailleurs gagné sa première médaille d'or des Jeux, en tennis, grâce à Noam Gershony, ancien pilote d'hélicoptère militaire, blessé en 2006 durant le conflit avec le Liban.

Les jeux Paralympiques se terminent dimanche, avec quatre marathons dans les rues de la capitale britannique, la finale de rugby fauteuil et de foot à sept (infirmes moteurs cérébraux).

Avec déjà 231 médailles, dont 95 titres, la Chine est de très loin en tête des nations. La Russie est 2e avec 101 médailles, dont 35 en or, suivie de la Grande-Bretagne (118 médailles, dont 33 en or).

Lors de la soirée de clôture, les 80.000 spectateurs du stade Olympique assisteront à une prestation du groupe britannique Coldplay, avant de voir la flamme s'éteindre définitivement.