NOUVELLES
08/09/2012 10:09 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

Neuf Européens, dont six Français, encore aux mains d'Aqmi

Neuf Européens, dont six Français, sont encore retenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Sahel.

- 16 sept 2010: Sept personnes - cinq Français dont une femme, un Togolais et un Malgache -, des collaborateurs du groupe nucléaire public français Areva et de son sous-traitant Satom, sont enlevées à Arlit, un site d'extraction d'uranium dans le nord du Niger. Aqmi revendique le rapt le 21 septembre. La Française, malade, et les otages malgache et togolais sont relâchés le 24 février 2011. Le 7 octobre 2011, un membre de l'équipe chargée de négocier assure que les quatre otages "se portent bien" mais que "leur libération coince sur la question du retrait des troupes françaises d'Afghanistan".

Le 8 septembre, un site privé mauritanien d'informations en ligne, Sahara Medias, publie une vidéo montrant séparément les quatre otages français, tournée le 29 août selon un des otages, qui appellent tous à négocier pour leur libération. Les quatre hommes appellent les autorités à privilégier la discussion et éviter le recours à la force, et leurs employeurs Areva et son sous-traitant Satom à intervenir.

- 24 nov 2011: Deux Français, qui se présentaient comme des géologues, sont enlevés à leur hôtel d'Hombori, entre Mopti et Gao (nord du Mali). Le 9 décembre, Aqmi fait publier deux photos des otages, venant en appui d'un communiqué publié la veille revendiquant l'enlèvement. Une vidéo tournée fin février montre les deux Français, selon un journaliste de l'AFP qui a pu la visionner le 14 avril 2012.

- 25 nov 2011: Trois Européens, un Suédois, un Néerlandais et un Britannique ayant aussi la nationalité sud-africaine, sont enlevés à Tombouctou (nord du Mali). Un quatrième - un Allemand - est tué en tentant de résister à son enlèvement. Les 8 et 9 décembre, Aqmi revendique les enlèvements puis fait publier des photos des otages.

Par ailleurs, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes alliés d'Aqmi qui occupent et contrôlent le nord du Mali depuis plus de cinq mois, a revendiqué le rapt, le 5 avril 2012, du consul d'Algérie et de six membres de sa mission à Gao (nord-est du Mali). Trois otages ont, depuis, été libérés. Le Mujao a annoncé avoir exécuté le vice-consul le 1er septembre, mais Alger a affirmé ne disposer d'aucune information après cette annonce.

acm/bc/cs/sd/sba

PLUS:afp