MONTRÉAL - Des ententes de principe ont été conclues entres les directions des hôtels Hilton Québec et Holiday inn Laval et les syndicats représentants les salariés.

Le porte-parole du secteur de l'hôtellerie de la Fédération du commerce de la CSN, Michel Valiquette, indique que ces conventions collectives correspondent en tous points aux objectifs de négociations que s'étaient fixés les syndicats des 35 hôtels participant à cette opération de négociations coordonnées.

M. Valiquette croit d'ailleurs que ces récentes ententes motivent les travailleurs toujours en conflit de travail.

Il parle d'un «effet domino» qui commence à se faire sentir, notamment grâce à ces sixième et septième ententes de principe survenues dans la nuit de vendredi à samedi.

Il s'agit de la huitième ronde de négociations coordonnées orchestrée par la CSN, qui considère avoir réussi à améliorer les conditions de travail des salariés du secteur de l'hôtellerie grâce à cette manière de procéder.

«On a eu du succès avec cette méthode et on continuera à agir de la sorte dans le futur», assure M. Valiquette.

Les employés des hôtels concernés doivent maintenant se prononcer sur les nouvelles conventions collectives qui viendront à échéance en 2016. Sur les sept ententes conclues jusqu'à présent, deux ont déjà été entérinées, soit celles survenues au Château Cartier à Gatineau et au Qualité de Sherbrooke.

Les travailleurs du secteur de l'hôtellerie réclament notamment une meilleure protection des emplois, la protection de leur pouvoir d'achat ainsi qu'une bonification de la participation de leurs employeurs aux régimes de retraite.

Des conflits de travail sévissent toujours à Montréal, soit à l'hôtel Regency Hyatt, depuis le 25 juillet, ainsi qu'au Holiday Inn Select Sinomonde, en lock-out depuis le 5 août, à l'hôtel Espresso, qui a déclenché un lock-out le 16 août, ainsi qu'à l'hôtel Maritime où un lock-out a été décrété le 1er septembre.