NOUVELLES
08/09/2012 11:11 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

L'enlèvement des Français au Niger par Aqmi

Rappel des principaux développements depuis l'enlèvement du groupe de sept personnes le 16 septembre 2010 à Arlit, dans le nord du Niger, dont quatre Français sont toujours aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

--2010--

- 16 sept: Sept personnes - cinq Français dont une femme, un Togolais et un Malgache - pour l'essentiel des collaborateurs des groupes français Areva et Satom (filiale du groupe Vinci), sont enlevées à Arlit, site d'extraction d'uranium dans le nord du Niger.

- 20 sept: Les otages sont "en territoire malien" (Niamey).

- 21 sept: Aqmi revendique l'enlèvement des cinq Français, précisant qu'il a été réalisé sous la direction de l'islamiste algérien Abelhamid Abou Zeid.

- 24 sept: La France confirme être prête à "engager le contact à tout moment" avec Aqmi et affirme qu'une opération militaire n'est pas à l'ordre du jour.

- 30 sept: Aqmi met en ligne une photo des otages accompagnée d'un enregistrement audio.

- 18 nov: Aqmi demande à la France de négocier le sort de ses otages directement avec le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden et exige le retrait de ses troupes d'Afghanistan. Paris affirme que sa politique ne sera pas dictée de "l'extérieur".

--2011--

- 23 jan: Les otages ont été dispersés et transférés hors du Mali (source malienne).

- 24 fév: La Française, le Togolais et le Malgache libérés "en territoire nigérien" (source sécuritaire à Niamey). Paris confirme leur libération et précise qu'ils "sont tous en bonne santé".

- 21 mars: Aqmi réclame "au moins 90 millions d'euros" pour la libération des quatre Français demeurant otages, demande rejetée par la France.

- 26 avr: Aqmi diffuse une vidéo contenant des messages des quatre otages, "suppliant" Nicolas Sarkozy de retirer les troupes françaises d'Afghanistan, une demande immédiatement rejetée par Paris.

- 2 mai: Les négociations avec Aqmi "continuent" après la mort d'Oussama ben Laden (source proche de la médiation).

- 9 nov: Aqmi exige toujours le retrait des troupes françaises d'Afghanistan pour libérer ses otages français au Sahel, affirme l'un de ses chefs, Mokhtar Belmokhtar.

- 23 nov: Un Français impliqué dans les négociations pour la libération des otages est blessé par balle dans le nord du Mali (sources concordantes).

--2012--

- 25 mars: Les otages "sont en vie" mais "la période n'est pas très favorable à l'approfondissement des contacts avec les ravisseurs, "toujours indirects" et "pas continus" (ministre français à la Coopération).

- 12 juil: Les otages sont vivants mais ils ont été séparés par leurs ravisseurs, affirme le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

- 9 août: Un site privé mauritanien d'informations en ligne, Sahara Medias, publie une vidéo montrant séparément trois des quatre hommes enlevés à Arlit, et autres français enlevés le 24 novembre à Hombori 2011 (nord du Mali), en précisant que les images avaient été tournées lors des "derniers mois du pouvoir" de l'ex-président français Nicolas Sarkozy.

- 8 sept: Sahara Medias publie une vidéo montrant séparément les quatre otages français, tournée le 29 août selon un des otages, qui appellent tous à négocier pour leur libération.

acm/cs/sba

PLUS:afp