NOUVELLES
08/09/2012 11:24 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

La première fortune de France, aurait entamé des démarches pour devenir Belge

PARIS - Le président du groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH) Bernard Arnault, homme le plus riche de France et quatrième fortune mondiale, a entamé fin août des démarches en vue d'obtenir la nationalité belge, rapporte samedi le journal "La Libre Belgique".

Selon le quotidien, la demande est parvenue à la commission des naturalisations de la Chambre des représentants belges. Les motivations du candidat sont confidentielles. Mais la demande intervient alors que le président François Hollande a confirmé son intention d'honorer sa promesse de campagne de taxer à 75 pour cent les revenus dépassant un million d'euros (1,25 million $) par an.

Georges Dallemagne, président de la commission des naturalisations, a confirmé l'information à la "Libre Belgique", assurant que le dossier serait "traité comme tous les autres". "Un candidat à la naturalisation doit prouver trois ans de résidence en Belgique et, si ce n'est pas le cas, démontrer qu'il a des attaches véritables avec la Belgique", explique-t-il.

"Quand on prend des décisions stupides, on arrive à ces résultats effrayants", a réagi samedi François Fillon, interrogé en marge du campus UMP au Touquet. L'ex-Premier ministre faisait allusion au projet de taxation à 75 pour cent des revenus au dessus d'un million d'euros par an (1,25 million $). "Cela va se répandre comme une trainée de poudre", a-t-il mis en garde. "C'est désastreux". Et d'espérer que cela conduise le gouvernement à "réfléchir avant de mettre en oeuvre des décisions aussi idéologiques, démégogiques, inefficaces".

"Je comprends que quand on fait la guerre aux entrepreneurs, ils ne soient pas incités à rester", a commenté de son côté l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. "La situation qu'on est en train de faire aux entrepreneurs en décourage beaucoup et ce n'est pas bon pour le pays", a-t-il dit également au Touquet. "Maintenant, c'est pour moi une décision exceptionnelle de changer de nationalité pour des raisons fiscales, que je ne peux pas approuver. Mais c'est son problème".

PLUS:pc