NOUVELLES
07/09/2012 04:33 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Wall Street finit en légère hausse, regardant vers la Fed

Wall Street a consolidé ses gains vendredi, après s'être hissée la veille à un plus haut depuis fin 2007, de mauvais chiffres du chômage aux Etats-Unis confortant les espoirs d'une action de la banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones a pris 0,11% et le Nasdaq 0,02%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones Industrial Average a grappillé 14,64 points à 13.306,64 points et le Nasdaq 0,61 point à 3.136,42 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a quant à lui progressé de 0,40% (+5,80 points) à 1.437,92 points.

La Bourse de New York, qui avait été portée jeudi par l'annonce de la Banque centrale européenne (BCE) d'un programme illimité de rachat de dettes publiques, se maintenait ainsi à des sommets atteints la veille et plus vus depuis décembre 2007 pour le Dow Jones, novembre 2000 pour le Nasdaq et janvier 2008 pour le S&P 500.

"Le marché est toujours porté par l'annonce de la BCE jeudi. Cela a donné un ton positif au marché financier, les investisseurs ont poussé un grand soupir de soulagement, et cela se poursuit aujourd'hui", a commenté Michael James, de Wedbush Securities.

"Avec la baisse de prévision du chiffre d'affaires d'Intel (numéro un mondial des microprocesseurs) et des mauvais chiffres du chômage, on aurait dû voir le marché s'effondrer, mais les courtiers ont été rassurés" sur le front de la zone euro, a commenté Peter Cecchini, de Cantor Fitzgerald.

"Les chiffres du chômage publiés aujourd'hui sont bien plus mauvais que ce que les économistes attendaient", a relevé quant à lui Jason Schenker, de Prestige Economics, pointant "une création d'emplois étonnamment faible".

Si le taux de chômage a reculé contre toute attente de 0,2 point par rapport à juillet pour revenir à 8,1%, l'économie américaine n'a créé que 96.000 emplois de plus qu'elle n'en détruisait en août, en données corrigées des variations saisonnières.

Or, selon le président de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, les Etats-Unis ont besoin de 100.000 à 110.000 nouveaux emplois par mois pour maintenir un taux de chômage stable et empêcher que celui-ci ne remonte.

De fait, "les chances que la Fed lance de nouvelles mesures de relance (de l'économie) sont plus importantes" désormais, ont estimé les experts de la banque Wells Fargo.

Le marché obligataire a terminé sans direction. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a baissé à 1,661% contre 1,673% jeudi tandis que celui à 30 ans a progressé à 2,826% contre 2,799%.

ppa/sl/bdx

PLUS:afp