NOUVELLES
07/09/2012 03:55 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Un écrivain syrien passé dans la clandestinité reçoit un prix étranger

L'écrivain et opposant syrien Yassin al-Haj Saleh, passé dans la clandestinité, s'est dit heureux vendredi d'avoir été récompensé du prix d'une célèbre fondation néerlandaise, mais a douté pouvoir se rendre à Amsterdam le recevoir.

Il figure parmi les onze lauréats à avoir reçu jeudi le prix de la Fondation Prince Claus pour le développement et la culture, qui récompense des "individus ou organisations dont les actions culturelles ont un impact positif sur le développement de leurs sociétés", selon le site de l'organisation.

"Le prix est en fait un hommage au peuple et à la révolution syriens", a indiqué par téléphone à l'AFP cet écrivain laïque, qui a été emprisonné de 1980 à 1996 pour son opposition au régime syrien.

"Dans ce sens, c'est un grand prix. Ce qui est incroyable, c'est que quelqu'un dans le monde veuille me donner un prix, mais que le gouvernement (...) considère un tel hommage comme une insulte", a-t-il dit.

Il a vu dans ce prix une "humiliation pour ce régime meurtrier".

Yassin al-Haj Saleh a cependant dit que, si la guerre se poursuivait dans son pays, il ne pourrait se rendre le 12 décembre à Amsterdam pour la cérémonie de remise des prix.

L'intellectuel, connu notamment pour ses écrits politiques, vit dans la clandestinité depuis le début de la révolte en mars 2011 qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par le régime de Bachar al-Assad.

Des dizaines de milliers de personnes, dont des journalistes, des écrivains et des artistes opposés au régime, ont été arrêtées dans le pays.

ks-ser/vl/tp

PLUS:afp