NOUVELLES
07/09/2012 09:31 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Le quart des Lions Travis Lulay veut briller contre le vétéran Anthony Calvillo

VANCOUVER - Le match de samedi entre les Lions de la Colombie-Britannique et les Alouettes de Montréal devrait être l'histoire de deux quarts — et des approches différentes des deux équipes.

Le quart des Lions Travis Lulay, qui a été nommé joueur par excellence de la LCF en 2011, dit ressentir une pression supplémentaire quand il affronte Anthony Calvillo, qui avait reçu le même honneur l'année précédente.

«En tant qu'offensive, nous savons que nous affrontons une équipe qui est capable de mettre des points au tableau, a dit Lulay après l'entraînement des Lions vendredi. En partant, cela ajoute la pression de marquer des points tôt dans le match.»

Les Lions (6-3) tenteront de venger un revers de 30-25 encaissé à Montréal la fin de semaine dernière. Lulay et le reste de l'équipe ont rappelé l'importance de ce match, qui marque le début de la deuxième moitié de la saison.

Rappelant que les matchs après la fête du Travail représentent la 'vraie saison', Lulay, qui a avoué analyser des séquences vidéos de Calvillo et de l'offensive des Alouettes avant les matchs, a mentionné que certaines rencontres représentent des moments importants — et c'est le cas avec ce match-ci.

«Dès que nous avons monté à bord de l'avion en quittant Montréal, nous savions que c'était une semaine importante et un match important... Vous pouvez ressentir le sentiment d'urgence dans le vestiaire», a déclaré Lulay.

Les Alouettes ont eu le dessus quand Lulay n'a pu rejoindre Arland Bruce III dans ce qui aurait été un touché pour les Lions sur leur dernière possession de la rencontre. Lulay espère obtenir une autre occasion de faire la différence en fin de match.

Les Lions, meneurs dans la section Ouest, tenteront d'augmenter leur petite avance de deux points sur les Stampeders de Calgary, deuxièmes dans l'Ouest.

Les Alouettes (6-3) sont dans une situation semblable au sommet de la section Est, avec une avance de deux points sur les Argonauts de Toronto.

Mais de leur côté, Calvillo et l'entraîneur-chef Marc Trestman sont en mode un match à la fois. Et le quart des Alouettes n'a pas en tête vouloir faire mieux que Lulay.

«Je ne pense jamais au quart adverse quand j'embarque sur le terrain, a expliqué Calvillo. J'essaie de ne pas trop m'emballer, peu importe si j'affronte Travis Lulay, Ricky Ray (des Argonauts) ou Henry Burris (des Tiger-Cats de Hamilton). C'est comme ça que je suis. Je veux jouer le même genre de match, peu importe la situation.»

Cependant, les ennuis des Alouettes à Vancouver au cours de la dernière décennie agace Calvillo. Les Oiseaux totalisent une seule victoire — signée en 2010 — lors des 11 derniers rendez-vous entre les deux équipes sur la côte Ouest. Ce sera toutefois la première fois que les deux équipes s'affrontent en après-midi à Vancouver depuis 1961, soit depuis que les formations de l'Est et l'Ouest s'affrontent en saison régulière.

Calvillo soutient que ses coéquipiers et lui ont de la difficulté à s'ajuster aux trois heures de décalage horaire quand ils voyagent dans l'ouest. Il a ajouté qu'il est habitué d'être au lit quand les matchs commencent là-bas.

Il a tout de même admis que les Alouettes n'avaient plus vraiment d'excuses pour expliquer leurs déboires à Vancouver.

«C'est difficile, mais nous espérons mettre tout ça derrière nous cette année», a-t-il conclu.

PLUS:pc