SANTÉ - Si nous vivons de plus en plus vieux dans nos pays développés, nous ne savons pas encore exactement pourquoi. L'hypothèse actuelle est que cette longévité est multifactorielle, influencée par notre biologie, les facteurs environnementaux et les facteurs psychologiques. Parmi ces différents facteurs, l'influence de ceux qui sont à même d'être modifiés sont intéressants à identifier, tels que le mode de vie, le réseau social, et les activités de loisirs. Parmi le mode de vie, le tabagisme, la consommation d'alcool, le poids sont prédicteurs de mortalité précoce, sans que l'on sache pourtant si elles s'appliquent aux plus âgés d'entre nous.

Des scientifiques suédois ont donc suivi sur plus de 18 ans (1987-2005), un groupe de 1810 personnes de âgés de 75 ans afin de savoir quels facteurs permettaient à certain d'entre eux de vivre plus longtemps. Les scientifiques se sont intéressés à leur niveau d'éducation et à tous les facteurs modifiables de leur mode de vie (tabac, alcool, poids), leur appartenance à des organisations, leur activités mentales (lecture de livres et journaux, écriture, études, mots croisés, puzzles, peinture et dessins), leurs activités physiques (natation, marche à pied, gymnastique..), leurs activités sociales (théâtre, concert, expositions, voyages, jeux de cartes, groupe de personnes âgées) et leurs activités productives (jardinage, cuisine, tenue de la maison, couture, tricots, activités rémunérées, bricolage...). La vie sociale de chacun a été répertoriée, mariage, enfants, petits-enfants, amis, groupes, etc. Les participants inclus dans le groupe ayant le meilleur réseau social étaient ceux étant mariés, ayant des enfants avec qui ils étaient en contact au moins une fois par semaine, et ayant des amis vus de manière au moins hebdomadaire. L'existence de maladies chroniques étaient prises en compte.

LIRE LA SUITE SUR DOCBUZZ.FR

Retrouvez plus d'infos scientifiques sur DocBuzz.fr docbuzz580