POLITIQUE
06/09/2012 12:13 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Les libéraux fédéraux connaîtront leur nouveau chef le 14 avril prochain (VIDÉO)

MONTEBELLO, Qc - Les libéraux fédéraux connaîtront finalement l'identité de leur nouveau chef le 14 avril prochain.

Leur leader par intérim, Bob Rae, a annoncé jeudi les derniers détails pour cette course, à l'issue de la réunion du caucus libéral à Montebello.

Les aspirants leaders ne pourront pas dépenser plus de 950 000 $ pour leur campagne. Et ces dépenses commencent à être comptabilisées tout de suite. Il est interdit aux candidats d'accumuler une dette de plus de 75 000 $. La dernière course au leadership du Parti libéral du Canada (PLC), en 2006, avait laissé plusieurs candidats avec de lourdes dettes, alors que la limite des dépenses était fixée à 3,4 millions $.

«Ils ont eu de la difficulté à payer ces dettes. Alors on a décidé que c'est mieux que les candidats dépensent l'argent qu'ils ramassent», a expliqué Mike Crawley, président du PLC, en détaillant les nouvelles règles.

Les frais d'entrée pour la course sont, eux aussi, fixés à 75 000 $. Et la date d'échéance pour se déclarer candidat est la mi-janvier.

Les candidats pressentis de cette course, les députés Denis Coderre, Marc Garneau et Justin Trudeau, disent toujours être en réflexion. Ils assurent, tous trois, que les règles annoncées n'influencent en rien leur décision.

«Quand ça fait 15 ans que tu es député, et tu as été ministre et tu es 30 ans dans ce parti-là, si tu veux y aller, tu as besoin de fonds mais tu as surtout besoin d'appuis, a fait valoir M. Coderre. Alors, c'est pas une question d'argent, c'est une question d'appuis.»

Des appuis, M. Garneau dit en amasser en ce moment. «J'ai des signes encourageants», a-t-il confié à sa sortie de la réunion de Montebello. Et en commentant la limite imposée à la dette, il a semblé avouer que sa décision est déjà prise. «Je ne m'endetterai pas. Je vais dépenser l'argent que j'ai», a-t-il promis.

M. Trudeau cache mieux son jeu. «Je vous promets qu'à un moment donné, si j'ai quelque chose à annoncer, vous allez le savoir. Mais ce n'est pas maintenant», a-t-il assuré. Lorsqu'on lui a fait remarquer que certains le dépeignent déjà comme un sauveur pour son parti, sa réponse a été ferme: «c'est ce que j'essaie de décourager».

Quant à Denis Coderre, il répète «c'est la chefferie ou la mairie» de Montréal depuis quelques mois déjà. Il indique maintenant que sa décision sera annoncée le 9 novembre, jour anniversaire de ses 15 ans comme député fédéral.

Le prochain chef du PLC sera choisi, non seulement par les membres, mais aussi par des «sympathisants» du parti, des gens qui n'auront pas à joindre le PLC ni à lui payer une cotisation. Au dernier compte, ils étaient déjà 25 000 sympathisants. «Donc mes 77 000 amis Twitter vont peut-être m'aider», a lancé, à la blague, M. Coderre.

L'annonce du gagnant se fera à Ottawa, le 14 avril.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les députés fédéraux les plus sexy