NOUVELLES
06/09/2012 07:41 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Élections partielles déterminantes en Ontario

Les bureaux de scrutin sont ouverts depuis à 9 h, jeudi, dans les circonscriptions de Vaughan et de Kitchener-Waterloo dans le cadre d'élections partielles qui pourraient permettre au gouvernement libéral minoritaire de regagner sa majorité.

Le premier ministre Dalton McGuinty devra, toutefois, remporter les deux sièges pour y arriver, lui qui a été réélu en 2011, mais à la tête d'un gouvernement minoritaire.

La circonscription de Kitchener-Waterloo fait l'objet d'une lutte à trois. Le siège est vacant depuis le départ, le printemps dernier, de la députée conservatrice Elizabeth Witmer, recrutée par le gouvernement libéral pour diriger la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT).

Il n'est pas clair si les électeurs puniront les libéraux pour cette nomination que les critiques ont qualifié d'électoraliste. C'est ce que pense le politologue Barry Kay de l'Université Wilfrid Laurier de Waterloo, qui croit que la stratégie libérale s'est transformée en « facteur négatif » pour le parti.

Un autre thème important de la campagne : la ligne dure adoptée par le premier ministre à l'endroit des enseignants, à qui les libéraux veulent imposer un gel salarial, en plus de suspendre leur droit de grève durant deux ans. Les syndicats d'enseignants ont accusé le gouvernement de chercher à courtiser les électeurs de droite, en prévision des partielles.

À Vaughan, les libéraux espèrent garder le siège qui était détenu par leur ex-ministre des Finances, Greg Sorbara, qui a démissionné pour mieux préparer le parti, en tant que stratège, aux prochaines élections générales et afin de passer plus de temps avec sa famille.

Taux de participation

Le taux de participation pourrait être crucial dans la lutte entre les libéraux, les néo-démocrates et les conservateurs.

Les bureaux de scrutin sont ouverts jusqu'à 21 h.

Pour sa part, le premier ministre Dalton McGuinty a demandé une majorité aux électeurs, expliquant que ce serait ainsi « plus facile » pour son gouvernement de sortir l'Ontario du rouge et de légiférer contre les enseignants.

Le chef conservateur, Tim Hudak, a invité, lui, les électeurs à voter pour son parti, pour « mettre fin au gaspillage et mettre l'accent sur l'économie. » Il affirme que le gel salarial prôné par M. McGuinty n'est qu'une façade pour gagner des votes et que le premier ministre s'est entendu avec les syndicats pour desserrer les cordons de la bourse au lendemain des élections.

M. Hudak a lui aussi beaucoup en jeu dans les partielles. Le chef conservateur, dont le leadership a déjà été remis en question après les élections de 2011, pourrait être critiqué à nouveau par ses partisans, si le PC perd son siège à Kitchener-Waterloo.

Le NPD, de son côté, espère créer une dynamique en sa faveur à l'Assemblée législative en ravissant la circonscription. Le parti affirme que le gouvernement minoritaire actuel fonctionne et que les électeurs auraient tort de donner carte blanche aux libéraux en leur permettant de regagner leur majorité.

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath, affirme que les électeurs de Kitchener-Waterloo ont « vu clair dans le jeu politique » du premier ministre McGuinty.

PLUS: