NOUVELLES
06/09/2012 04:49 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

La diplomatie américaine refuse de dire quelle est la capitale d'Israël

La diplomatie américaine a refusé de dire jeudi quelle était la capitale d'Israël, au lendemain d'une intervention du président Barack Obama pour que le Parti démocrate fasse référence à Jérusalem "capitale d'Israël", dans son programme de gouvernement.

"La politique de longue date du gouvernement, tant de cette administration que des administrations précédentes -- et au sein des deux partis -- est que le statut de Jérusalem devra être réglé dans des négociations finales entre Israéliens et Palestiniens", a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat, Patrick Ventrell, relayant la position officielle des Etats-Unis.

Il était interrogé par des journalistes sur cette question sensible de la capitale d'Israël, au lendemain d'un couac sur le sujet à la convention du Parti démocrate.

Le président Obama, qui se bat pour sa réélection et est critiqué par les républicains à propos d'Israël, a exigé des démocrates qu'ils amendent leur programme de gouvernement et réintroduisent la mention Jérusalem "capitale d'Israël", comme c'était le cas en 2008. Ce programme avait été adopté mardi sans mention du statut de Jérusalem, dont la partie orientale a été annexée par Israël en 1967.

Pressé de questions sur la capitale de l'Etat hébreu, le porte-parole de la diplomatie américaine a rétorqué: "Vous connaissez notre position. Elle n'a pas changé depuis des décennies!"

"Nous avons à l'heure actuelle une ambassade à Tel-Aviv, qui représente nos intérêts auprès du gouvernement israélien, et la question de Jérusalem doit être réglée entre les deux acteurs (israélo-palestiniens), c'est tout ce que je peux dire", s'est défendu M. Ventrell.

Les Etats-Unis, comme la quasi totalité des pays entretenant des relations diplomatiques avec Israël, ont leur ambassade à Tel-Aviv et non à Jérusalem.

Ils estiment que le statut de la ville devra être déterminé dans des négociations de paix israélo-palestiniennes.

La communauté internationale n'a jamais reconnu l'annexion de Jérusalem-Est, à majorité arabe. Israël considère l'ensemble de la Ville Sainte comme sa capitale "indivisible et éternelle", les Palestiniens voulant établir la capitale de leur futur Etat dans la partie orientale.

nr/are

PLUS:afp