NOUVELLES
06/09/2012 04:07 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

France: le mystère plane après la découverte de quatre corps en Haute-Savoie

ANNECY, France - Les autorités françaises n'excluaient aucune piste jeudi, au lendemain de la découverte de quatre corps sur une route isolée de la Haute-Savoie. Deux fillettes ont été retrouvées vivantes sur les lieux, dont l'une, âgée de quatre ans, est restée cachée sous un cadavre pendant près de huit heures. L'autre a été grièvement blessée.

Beaucoup de questions restent pour l'instant sans réponse. Les autorités n'ont pas confirmé l'identité des victimes, qui seraient membres d'une même famille d'origine irakienne établie au Royaume-Uni.

Les quatre corps, soit un homme et deux femmes qui se trouvaient dans un véhicule immatriculé au Royaume-Uni, ainsi qu'un cycliste qui gisait près de la voiture, seront examinés vendredi par l'institut médico-légal de Grenoble.

Les enquêteurs ont déjà pu constater que toutes les victimes avaient été «tuées de plusieurs balles, dont au moins une balle dans la tête», a déclaré le procureur d'Annecy, Eric Maillaud, dans un entretien diffusé dans la soirée par la chaîne France-2.

Les enquêteurs ont constaté «un très grand nombre de tirs», a dit M. Maillaud, évoquant l'usage d'un «pistolet automatique». Aucun impact de balle n'a été repéré sur la carrosserie du véhicule et seules les vitres ont été touchées.

Selon le procureur, les autorités ont été alertées mercredi après-midi par un cycliste britannique qui a découvert les corps au bout d'un chemin goudronné qui sert de point de départ pour des sentiers de randonnée. Peu avant sa macabre découverte, le cycliste avait été dépassé dans la montée par un autre cycliste qui pédalait plus vite que lui.

Lorsqu'il est arrivé au bout du chemin, le cycliste britannique a découvert un véhicule BMW avec le moteur en marche. C'est alors qu'il a vu avancer une petite fille, qui s'est effondrée devant lui, a relaté M. Maillaud.

Le cycliste lui a prodigué les premiers soins et a appelé les secours. L'enfant de huit ans, entre la vie et la mort, a été transportée par hélicoptère au Centre hospitalier universitaire de Grenoble, où elle a été immédiatement opérée.

«Son état de santé (...) s'améliore doucement», mais elle doit être opérée de nouveau, a précisé le procureur. Elle a été plongée dans un coma artificiel, mais sa vie n'est plus en danger, a-t-il précisé.

«On a le sentiment que quelqu'un s'est acharné sur cette petite fille», a souligné le procureur. «C'est une fillette qui a été frappée extrêmement violemment», notamment à la tête, et elle souffre de ce qui semble être une blessure par balle à l'épaule.

Après avoir alerté les secours, le cycliste britannique a découvert au sol, manifestement mort, le cycliste qui l'avait dépassé dans la pente. Dans le véhicule, il a trouvé trois personnes qui semblaient mortes, un homme au volant et deux femmes à l'arrière.

Ce n'est que vers minuit que les forces de l'ordre ont retrouvé la deuxième petite fille, dissimulée par un corps dans le véhicule, mais indemne. La fillette, âgée de quatre ans, était «totalement immobile, terrée dans le véhicule, derrière le siège passager avant, sous les jambes d'une femme décédée, totalement invisible», a expliqué le procureur.

Pour expliquer ce délai avant la découverte de la petite fille, le procureur a évoqué le caractère «particulièrement horrible et particulièrement hors norme» de la situation. Il a fallu plusieurs heures aux enquêteurs spécialisés pour arriver sur les lieux, difficiles d'accès.

Entre-temps, les corps n'ont pas été touchés ni sortis du véhicule. «Rien ne nous permettait de savoir qu'il y avait d'autres personnes que les quatre adultes morts et la fillette blessée», a-t-il fait valoir.

Selon le procureur, c'est «un voisin qui avait sympathisé depuis quelques jours avec cette famille parlant anglais» qui a alerté les autorités sur la présence de deux enfants. Il semble que la famille était en vacances dans un camping de Saint-Jorioz, près du lac d'Annecy.

«Sur le plan physique, la petite fille va très bien, elle était manifestement heureuse d'être dans les bras des enquêteurs», a déclaré le procureur.

Les enquêteurs ont pu parler avec elle en anglais mais «très vite, elle a commencé à demander où était sa famille», a précisé M. Maillaud. Elle a été admise dans un service pédopsychiatrique, examinée par un pédopsychiatre et une infirmière est restée près d'elle toute la nuit.

Les deux fillettes rescapées ont été placées sous protection. Tous les scénarios sont envisagés, le magistrat n'excluant pas que le ou les auteurs du crime «aient envie de se débarrasser de témoins supplémentaires». L'aînée sera entendue par les enquêteurs quand elle ira mieux.

Le procureur n'a pas voulu confirmer que l'homme retrouvé mort au volant du véhicule est bien le propriétaire de la voiture, né à Bagdad en 1962 et vivant depuis plusieurs années au Royaume-Uni.

«On n'a pour l'instant pas trouvé de documents d'identité» pour les enfants et la jeune femme, a précisé M. Maillaud. En revanche, pour la femme plus âgée, «on vient de découvrir un passeport suédois» portant la date de naissance de 1938, a annoncé le procureur. Un passeport irakien a également été retrouvé.

Le cycliste tué est un père de famille né en 1967, a précisé le procureur. Sa femme, qui s'inquiétait de ne pas le voir revenir de sa promenade à vélo, avait alerté les autorités.

Les enquêteurs envisagent toutes les hypothèses. Quant aux indices, le procureur a seulement confirmé qu'«un certain nombre de véhicules», dont un 4x4 décrit par plusieurs personnes, avaient été aperçus dans les parages.

PLUS:pc