NOUVELLES

Tunisie: l'enquête sur l'attaque d'un bar par des extrémistes piétine

05/09/2012 08:00 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Le ministère tunisien de l'Intérieur a indiqué mercredi n'avoir procédé à aucune arrestation deux jours après l'attaque d'un bar d'hôtel à Sidi-Bouzid par des salafistes présumés, alors qu'un assaillant a affirmé à l'AFP que la personne enlevée sur les lieux avait été libérée.

Un responsable du bureau de communication du ministère, Lotfi Hidouri, a indiqué à l'AFP que l'enquête se poursuivait mais que le gérant de l'hôtel "n'a pas voulu identifier" les suspects si bien qu'aucune arrestation n'avait pu avoir lieu.

L'attaque a été menée par des salafistes mais il y aurait aussi des délinquants parmi les assaillants, a-t-il ajouté, indiquant par ailleurs n'avoir aucune information sur l'identité d'un jeune homme enlevé lors de l'attaque selon des témoins car il tentait de filmer la scène.

Un homme qui affirme avoir participé à l'attaque a pour sa part indiqué à l'AFP mercredi sous couvert de l'annonymat que l'individu enlevé, "ivre" au moment des faits, avait été libéré peu après.

M. Hidouri a en outre démenti la présence d'étrangers parmi les clients de l'hôtel, un établissement déclassé servant quasi exclusivement de bar.

L'hôtel Horchani, dans le centre de Sidi Bouzid, a été attaqué par une cinquantaine de militants islamistes fondamentalistes lundi, chassant les clients du bar de l'établissement avant de fracasser des quantités de bouteilles d'alcool dans le hall.

Certains ont agi aux cris de "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) et "al-Charab haram" (l'alcool est pêché). La police n'est arrivée que tardivement pour constater les dégâts.

Sidi Bouzid, ville berceau de la révolution de 2011, est l'un des bastions de la mouvance salafiste, et a déjà été le théâtre de violences salafistes en août dernier.

La Tunisie a connu ces derniers mois une recrudescence des attaques organisée par des militants radicaux, et l'opposition accuse le gouvernement, dominé par le parti islamiste Ennahda, de complaisance à l'égard de cette mouvance.

str-Bsh-alf/vl

PLUS:afp