NOUVELLES

Tunisie: 14 arrestations après des violences à Chebba (centre-est)

05/09/2012 09:32 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Cinq policiers ont été blessés et 14 personnes interpellées à la suite d'affrontements et de pillages après une rixe dans un village de la région de Mahdia, à 200 km au sud-est de Tunis, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de l'Intérieur.

La presse locale s'est largement fait l'écho de ces violences survenues dans la nuit de lundi à mardi dans le village de Chebba, décrivant des affrontements entre la police et des habitants qui ont attaqué et incendié un poste de police et des bureaux d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir.

Les violences ont éclaté lorsque des habitants ont exigé que la police leur livre un homme étranger à Chebba et qui s'était rendu après avoir blessé un habitant du village dans une rixe, a expliqué à l'AFP un porte-parole du ministère, Lotfi Hidouri.

Les deux protagonistes de la rixe avaient bu de l'alcool sur une plage avant de se disputer. L'un avait alors frappé l'autre avec une barre de fer, avant de se rendre aux policiers qui l'ont transféré à Mahdia, chef-lieu de la région, a précisé M. Hidouri.

Des habitants voulant se venger ont alors attaqué et incendié le poste de Chebba, saccagé les bureaux d'Ennahda et volé un dépôt municipal.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule qui lui jetait des pierre. Cinq policiers ont été blessés, selon M. Hidouri, tandis que la presse a fait état de plusieurs cas d'intoxication parmi les protestataires.

Mercredi, le calme était revenu au village à la suite d'une opération de ratissage de la police, qui a interpellé 14 personnes.

Outre les coups d'éclat des extrémistes salafistes, la Tunisie a connu des éruptions de violences tribales ou familiales parfois sanglantes favorisées, selon des experts, par une faible autorité de l'Etat et du système sécuritaire dans les régions depuis la chute du régime Ben Ali en janvier 2011.

bsh/alf/fc

PLUS:afp