Nilesat arrête la diffusion des chaînes satellitaires syriennes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'administration du Nilesat a décidé mercredi d'arrêter la diffusion des chaînes officielles syriennes à la suite d'une requête de la Ligue arabe, a annoncé un responsable de l'opérateur égyptien de satellites de télécommunications.

"Nous avons arrêté de retransmettre les programmes des chaîne officielles syriennes, en application d'une recommandation de la Ligue arabe", a dit à l'AFP ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Le ministère syrien de l'Information a aussitôt dénoncé cette mesure "partiale" de l'opérateur égyptien, estimant qu'elle s'inscrivait dans le cadre d'une "campagne visant à porter atteinte à la Syrie".

"Nilesat viole le contrat qui le lie à la Syrie et se met du côté des parties hostiles à note pays et qui se mettent au service du projet sioniste", déplore le communiqué, diffusé par l'agence officielle Sana.

S'adressant dans la journée à une réunion des ministres des Affaires étrangères de Ligue arabe au Caire, le président égyptien Mohamed Morsi a renouvelé ses appels à un départ du pouvoir actuel à Damas, et demandé aux pays arabes de se mobiliser pour trouver une solution rapide au conflit.

"Le temps du changement est arrivé", a déclaré le chef de l'Etat égyptien à l'adresse du régime du président Bachar al-Assad.

"Il ne faut pas perdre de temps à parler de réforme", a-t-il poursuivi, estimant que le peuple syrien avait "fait entendre clairement sa voix" et prévenant M. Assad que son régime ne serait "pas là pour longtemps".

M. Morsi a également appelé Damas à "tirer les leçons de l'histoire récente", une allusion aux régimes autoritaires de plusieurs pays arabes qui ont dû céder récemment face à des révoltes populaires: Tunisie, Egypte, Libye et dans une moindre mesure Yémen.

La Syrie, où plus de 26.000 personnes ont péri selon une ONG syrienne depuis le début en mars 2011 d'une révolte qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par le régime, est suspendue de la Ligue arabe et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI).

mon/jaz/hj/fc