NOUVELLES

Marois, Legault, David et Khadir élus, mais pas Charest ni Aussant

05/09/2012 12:18 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

MONTRÉAL - Plusieurs vedettes des différents partis ont été élues ou réélues dans leur circonscription.

Le premier ministre sortant et chef libéral Jean Charest a toutefois été battu dans Sherbrooke par le péquiste Serge Cardin, et ce, par plus de 2800 voix.

La première des chefs de parti à avoir été élue est la péquiste Pauline Marois, dans sa circonscription de Charlevoix_Côte-de-Beaupré.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a également été élu dans L'Assomption.

Les deux coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir, ont été élus respectivement dans Gouin et Mercier, deux circonscriptions montréalaises. Mme David fera donc son entrée à l'Assemblée nationale. Elle a d'ailleurs battu un candidat vedette du Parti québécois, Nicolas Girard.

Mais Jean-Martin Aussant, chef du parti Option nationale, a été battu par Donald Martel, le candidat de la Coalition avenir Québec dans Nicolet-Bécancour. M. Aussant avait été élu sous la bannière du PQ avant de claquer la porte pour siéger comme indépendant, puis former son parti.

Deux des nouvelles têtes d'affiche du Parti québécois, Jean-François Lisée, un ancien conseiller des premiers ministres péquistes Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard, de même que le jeune représentant étudiant Léo Bureau-Blouin, ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec pendant la crise étudiante, ont été élus.

En plus de son chef, le Parti québécois a fait élire quelques-unes de ses vedettes assez rapidement, comme Bernard Drainville, dans Marie-Victorin sur la Rive-Sud de Montréal, Pierre Duchesne dans Borduas, sur la Rive-Sud de Montréal, et François Gendron dans Abitibi-Ouest.

Chez les libéraux, dans la circonscription montréalaise de Saint-Laurent, le député sortant et ministre de la Justice Jean-Marc Fournier a rapidement été déclaré élu, une quarantaine de minutes après la fermeture des bureaux de scrutin.

Il en a été de même de sa consoeur Christine St-Pierre dans L'Acadie, au nord-ouest de Montréal, de ses collègues Raymond Bachand dans Outremont, Pierre Moreau dans Châteauguay, Yves Bolduc dans Jean-Talon, dans la région de Québec, Pierre Arcand dans Mont-Royal, Lise Thériault dans Anjou, Marguerite Blais dans Saint-Henri-Sainte-Anne, Robert Dutil dans Beauce-Sud et Laurent Lessard dans Lotbinière-Frontenac.

Mme Blais a d'ailleurs battu une recrue vedette du PQ, l'animatrice Sophie Stanké.

Le libéral sortant Geoff Kelley a été réélu sans difficulté dans Jacques-Cartier, une circonscription de tradition libérale, de même que ses collègues Kathleen Weil et Yolande James. Le vétéran libéral Pierre Paradis a aussi été réélu dans Brôme-Missisquoi pour un 10e mandat.

Une nouvelle tête d'affiche du Parti libéral, l'ancien porte-parole de la Sûreté du Québec Robert Poëti, a été élu dans Marguerite-Bourgeoys.

À l'inverse, le ministre libéral sortant Clément Gignac a été battu dans Taschereau, dans la région de Québec, par la péquiste Agnès Maltais. M. Gignac avait quitté son siège sûr de Marguerite-Bourgeoys pour se présenter plutôt dans la région de Québec.

À la Coalition avenir Québec, le candidat vedette Jacques Duchesneau a vite été élu dans Saint-Jérôme, au nord de Montréal.

À l'inverse, la nouvelle tête d'affiche caquiste Gaëtan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes, a été battu dans Terrebonne, de même que François Rebello, un transfuge péquiste, battu dans Sanguinet par le PQ.

Les députés caquistes sortants, qui étaient en fait d'anciens adéquistes, Gérard Deltell et Sylvie Roy, ont été réélus respectivement dans Chauveau et Arthabaska.

Par contre, Claire Samson, une nouvelle venue à la CAQ, a été battue dans Iberville, de même que la présidente du parti, Dominique Anglade. Une nouvelle recrue de la CAQ, l'ancienne journaliste Nathalie Roy, a été élue dans Montarville.

PLUS:pc