Semaine de mode de Montréal: jour 1. 25 ans de mode pour Marie Saint-Pierre

Publication: Mis à jour:
MARIE ST PIERRE
marc young


Marie Saint-Pierre a profité de la 23e Semaine de la mode de Montréal pour souligner ses 25 ans de carrière. La créatrice de mode a également présenté, sous la forme d'une vidéo et d'une installation, sa nouvelle collection printemps-été 2013.

Sur le logo de Marie Saint-Pierre, il y a son nom, et le nom de la ville où elle travaille depuis un quart de siècle : Montréal. Un nom qu'elle a su inscrire sur la grande mappemonde du milieu de la mode. C'est en 1987 que la designer fonde sa griffe éponyme. Deux ans plus tard, elle est invitée au salon La Coterie de New York, puis à Paris en 1994. «On a commencé petit : c'était moi et une machine à coudre. Puis, ça a été moi, deux machines à coudre et un assistant. La base!, explique-t-elle en marge de l'événement. Je pense qu'on ne décide pas, au Québec, de devenir designer. On force un peu la note. Ce n'est pas évident de gagner de l'expertise ou de l'expérience chez d'autres designers.» Afin de souligner les 25 ans de sa griffe, une vidéo rétrospective de sa carrière est projetée toute la semaine à la grande salle de l'Arsenal, juste au-dessus de divans fantaisistes qu'elle a elle-même conçus.

Au fil des ans, Marie Saint-Pierre a affirmé une identité et une esthétique singulières. Les vêtements de la designer revendiquent une élégance marquée, soulignée par le classicisme des coupes et des couleurs. Ses pièces empruntent parfois à l'architecture, souvent à l'art contemporain. Pour sa collection printemps-été 2013, c'est l'art de rue et la broderie qui ont guidé son processus de création. Les cols de certaines robes sont ainsi ornés de volutes de textiles qui tiennent parfois du collier, parfois de l'ourlet. «Ce sont de fausses broderies. Ce sont des éléments graphiques qui me font penser au mélange de graffitis qu'on peut trouver sur les murs. Certaines sont très organiques, d'autres beaucoup plus animales, d'autres encore sont presque décoratives.»

L'atelier de Marie Saint-Pierre est un vaste laboratoire où expérimenter est le maître mot. Si ses pièces axent sur la sobriété- ce qui n'exclut en rien les touches de couleurs vives- les textiles qu'elle utilise sont inusités, souvent créés de toutes pièces. «Je travaille beaucoup dans le mélange de matières en ce moment. J'oblige un tissu très "drapant" par exemple à tenir de façon très graphique. J'aime l'idée de contourner les matières.» Au contraire de sa collection automne-hiver, Marie Saint-Pierre a moins travaillé le volume que le tissu lui-même. «Il n'y a pas grand-chose qui est cousu là-dedans, indique la designer en pointant du doigt une des robes que porte un mannequin. Ce sont des encollages. Et on arrive à faire de vrais vêtements avec ça.»

Marie Saint-Pierre le dit elle-même : elle n'est pas du genre à suivre les «tendances». Plutôt ses deux grands axes de création: la femme et le bien-être, qui lui donnent chaque saison le goût de se remettre à ses crayons.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La 23e édition de la SMM à l'Arsenal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction