NOUVELLES

Les rebelles syriens tentent de contrôler un aéroport militaire dans l'est (ONG)

05/09/2012 02:14 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Des combats acharnés se déroulaient depuis plusieurs heures mercredi matin dans un aéroport militaire de la ville de Boukamal, dans l'est de la Syrie, que les rebelles tentent de contrôler, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des violents combats au sol se déroulent depuis des heures à l'intérieur de l'aéroport militaire de Hamdane entre soldats et rebelles, qui contrôlent de grandes parties du site", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de cette ONG basée en Grande-Bretagne et basée sur un large réseau de militants. Au moins six rebelles ont péri dans les affrontements.

Les insurgés avaient lancé l'attaque contre cet aéroport le 1er septembre, après s'être emparés à Boukamal, grosse ville frontalière de l'Irak dans la province de Deir Ezzor, d'un important bâtiment de la défense aérienne où sont stockés des missiles anti-aériens.

Depuis plusieurs jours, les rebelles concentrent leurs attaques contre les aéroports du pays, affirmant avoir détruit une dizaine d'hélicoptères et d'avions, afin d'affaiblir l'armée de l'air dont les bombardements font chaque jour des dizaines de victimes.

Les insurgés, faiblement équipés face à la puissance de feu de l'armée, réclament à cor et à cri à la communauté internationale de leur livrer des armes et notamment des missiles anti-aériens pour pouvoir résister à l'aviation du régime.

Les pays occidentaux ont à plusieurs reprises exprimé leur réticence face à l'idée de l'armement des rebelles, arguant que l'arsenal pourrait tomber entre les mains d'extrémistes.

Mardi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a critiqué les pays qui fournissent des armes aux belligérants en Syrie, estimant que cela ne faisait qu'"aggraver les souffrances" des Syriens.

Damas accuse régulièrement les pays du Golfe, notamment l'Arabie saoudite et le Qatar, de financer et d'armer les insurgés.

ram/sw

PLUS:afp