NOUVELLES

L'Egyptien à l'origine d'une crise avec Ryad nie être trafiquant de drogue

05/09/2012 08:49 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Un avocat égyptien dont l'arrestation avait provoqué une crise diplomatique entre Ryad et Le Caire s'est défendu d'avoir introduit de la drogue lors d'une nouvelle séance de son procès mercredi, selon un journaliste de l'AFP.

Me Ahmed al-Guizaoui comparaissait pour la deuxième fois devant un tribunal de Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, en présence d'un représentant du consulat égyptien. Il était menotté et avait les pieds enchaînés.

Deux autres accusés dans cette affaire, un Egyptien et un Saoudien, ont également comparu devant le tribunal.

Lors de l'ouverture du procès, le 18 juillet, il avait été inculpé pour trafic de drogue et le procureur avait requis la peine de mort.

Le trafic de drogue est puni de la peine de mort en Arabie saoudite.

Ahmed al-Guizaoui est accusé d'avoir transporté dans ses bagages 21.380 comprimés de Xanax, un médicament classé comme une drogue en Arabie saoudite.

Au procureur qui le confrontait mercredi avec des photos montrant ses bagages remplis de ces pilules, l'avocat a affirmé qu'il s'agissait de faux fabriqués une semaine après son arrestation.

L'avoact avait été arrêté à l'aéroport de Jeddah avec son épouse à son arrivée le 17 avril pour effectuer le petit pèlerinage à La Mecque.

Son arrestation avait provoqué des manifestations de colère en Egypte.

En réaction, l'Arabie saoudite avait fermé fin avril ses représentations diplomatiques dans le pays et rappelé son ambassadeur avant de les rouvrir après la visite le 4 mai d'une importante délégation d'hommes politiques et de personnalités égyptiennes à Ryad, où ils avaient été reçus par le roi Abdallah.

La prochaine séance a été fixée au 26 septembre.

str-aa/at/hj

PLUS:afp