NOUVELLES

Le président égyptien Mohamed Morsi nomme des gouverneurs islamistes

05/09/2012 11:17 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Des gouverneurs issus des Frères musulmans font leur apparition en Egypte à la faveur du premier remaniement de ces puissants responsables territoriaux décidé par le président islamiste Mohamed Morsi.

Le remplacement de dix des vingt-sept gouverneurs du pays a été annoncé mardi par la présidence, qui a indiqué qu'ils étaient choisis pour leur compétence, sans mentionner leur éventuelle affiliation politique.

Mais selon la presse de mercredi et des sources politiques, cinq d'entre eux sont des membres des Frères musulmans, une situation inimaginable du temps du président Hosni Moubarak, renversé en février 2011, sous qui la confrérie était illégale.

Le nouveau gouverneur du Caire, Osama Kamal, un universitaire et vice-président du syndicat des ingénieurs, fait partie des Frères musulmans, a indiqué une source au sein de la confrérie.

Des membres des Frères musulmans ou de sa formation politique, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), prennent également la direction des gouvernorats de Minya et Assiout, en moyenne-Egypte, ainsi que de Menoufiya et Kafr el-Cheikh, dans le delta du Nil.

Le gouvernorat du Nord-Sinaï, très sensible sur le plan sécuritaire, frontalier d'Israël et de la bande de Gaza, échoit en revanche à un général de la police. Deux autres gouvernorats, Suez et la mer Rouge, sont également confiés à des officiers supérieurs.

Les gouverneurs étaient autrefois dans leurs grande majorité issus de la haute hiérarchie policière ou militaire.

M. Morsi, ancien haut responsable des Frères musulmans, a pris ses fonctions fin juin. Il est le premier civil à accéder à la présidence de l'Egypte depuis la chute de la monarchie en 1952, tous ses prédécesseurs étant venus des rangs de l'armée.

D'autres vagues de nominations, en particulier dans la presse gouvernementale, ont relancé récemment les critiques des milieux libéraux et laïques, inquiets d'une emprise croissante des islamistes sur les rouages du pays.

mon-jaz/cr/hj

PLUS:afp