NOUVELLES
05/09/2012 02:01 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

La sonde spatiale de la Nasa Voyager "danse à la limite" du système solaire

Voyager 1, la sonde spatiale de la Nasa lancée en 1977, approche le bord du système solaire et est peut-être déjà en train de "danser à la limite" de l'espace intersidéral, ont déclaré les scientifiques responsables du projet mardi.

Au cours d'une conférence marquant le 35ème anniversaire du projet Voyager, ils ont expliqué qu'il pourrait se passer "des jours, des mois ou des années" avant que la sonde n'entre dans l'espace intersidéral.

En mai dernier, une brusque augmentation des rayons cosmiques touchant l'appareil avait nourri les espoirs qu'il ait été tout proche de l'héliopause, qui marque la limite entre notre système solaire et l'espace intersidéral.

Mais les mesures effectuées depuis ont montré des fluctuations indiquant que l'engin, bien que proche des confins du système solaire, n'y est pas encore parvenu.

"La question est de savoir combien de temps il reste avant que Voyager 1 n'atteigne l'héliopause, et ça nous ne le savons pas", a dit Edward Stone, le responsable scientifique de la mission lors d'une présentation au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa à Pasadena (Californie, ouest).

Relevant que Voyager 1 avance de 1,600 milliard de km tous les trois ans, il a estimé qu'"il était difficile d'imaginer que ce sera encore long".

La Nasa a décrit la sonde Voyager 1 - maintenant distante de 18 milliards de km du Soleil - et son compagnon Voyager 2 comme "les plus éloignés des représentants actifs de l'humanité et de ses désirs d'explorer".

Voyager 2 a été lancée le 20 août 1977, peu avant sa jumelle Voyager 1, lancée le 5 septembre.

Les deux sondes ont été conçues pour étudier les plus grosses planètes de notre système solaire, Jupiter et Saturne.

Elles ont parfaitement rempli leur mission première et profitant d'un alignement planétaire se sont dirigées ensuite vers Uranus et Neptune.

Voyager 1 et 2 ont transmis des images époustouflantes de Jupiter et de Saturne en 1979 et 1980 puis d'Uranus et de Neptune en 1986 et 1989 respectivement.

mt/jk-js/lor

PLUS:afp