Les démocrates rajoutent Dieu et Jérusalem dans leur plateforme électorale

Publication: Mis à jour:
Une performance lors de la convention démocrate, le 4 septembre 2012. (AFP)
Une performance lors de la convention démocrate, le 4 septembre 2012. (AFP)

CHARLOTTE, États-Unis - Le Parti démocrate américain a amendé sa plateforme électorale mercredi pour y ajouter la mention de Dieu et affirmer que Jérusalem est la capitale d'Israël.

Plusieurs délégués de la convention démocrate ont exprimé leur désaccord quand le président du rassemblement, le maire de Los Angeles Antonio Villaraigosa, a annoncé que les amendements avaient été approuvés malgré le fait qu'un important groupe de délégués s'y soit opposé. Il a appelé au vote à trois reprises avant de réussir à faire approuver le texte.

Le Parti démocrate a rétabli les termes de la plateforme de 2008, qui affirmait que «nous avons besoin d'un gouvernement qui défend les espoirs, les valeurs et les intérêts des travailleurs et qui donne à tous ceux qui veulent travailler la chance d'exploiter pleinement leur potentiel donné par Dieu».

Le texte affirme aussi que Jérusalem «est et restera la capitale d'Israël». «Les parties se sont entendues sur le fait que le statut de Jérusalem n'est qu'une question de négociations. Jérusalem devrait rester une ville indivisible, accessible aux personnes de toutes confessions religieuses», affirme le document.

L'administration du président Barack Obama affirme depuis longtemps que le statut de Jérusalem doit être déterminé par des négociations entre Israéliens et Palestiniens, mais a toujours pris soin de ne pas affirmer que Jérusalem est la capitale d'Israël.

Des responsables de l'équipe de campagne démocrate ont indiqué mercredi que le président Obama était intervenu personnellement pour faire changer les termes de la plateforme au sujet de Dieu et de Jérusalem.

Selon ces responsables, M. Obama a été surpris d'apprendre que la mention de Dieu avait été retirée du document. Les responsables ont réclamé l'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à rapporter des discussions privées.

Les républicains avaient précédemment estimé que le fait que les démocrates ne prennent pas position sur le statut de Jérusalem dans leur plateforme montrait la faiblesse du président dans son soutien envers Israël.

Le candidat républicain Mitt Romney et son colistier Paul Ryan s'étaient aussi interrogés sur la décision initiale des démocrates d'éliminer le mot «Dieu» de la plateforme électorale du parti.

M. Romney a estimé que ce choix suggérait que le parti démocrate «est de plus en plus déconnecté de la plupart des Américains».

«Je pense que ce parti bifurque de plus en plus vers des positions extrêmes dans lesquelles les Américains ne reconnaissent pas», a-t-il dit.

Plusieurs délégués démocrates se sont dits outrés de cet amendement de dernière minute dans la plateforme du parti, au lendemain de son approbation mardi.

«Il n'y a pas eu de discussions. Nous n'avons rien vu venir. Nous avons été pris de court», a déploré une déléguée musulmane de Salt Lake City, Noor Ul-Hassan.